Putains de rencontres!

Chaque année, le 17 décembre est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux travailleuses du sexe. En soutien à cette date, Karen et Florence du collectif des « Putains de rencontres » (Strass, CABIRIA et autres militantEs) prennent nos ondes! Toutes 2 organiseront les rencontres nationales des travailleuses et travailleurs du sexe, à Lyon en juin 2015.

Nos invitées nous parlent d’abord des conditions de vie et d’exercice des travailleuses du sexe et des difficultés qu’elles rencontrent de manière générale au regard du cadre législatif (loi sur le proxénétisme et loi sur la racolage). Puis suivra un focus  sur la situation à Lyon, dont la municipalité s’illustre depuis plusieurs années par une approche très répressive du travail du sexe de rue, par le biais d’arrêtés municipaux anti-prostitution.

Le collectif reviendra aussi sur la proposition de loi visant à pénaliser les clients des travailleuses du sexe, en débat au parlement depuis un an environ, et nous expliquera ce qui leur semble problématique dans cette loi et sur la mobilisation du 17 décembre qui s’articule davantage autour des violences institutionnelles (État, police, etc)

Enfin le collectif explique le but des « Putains de rencontres » de juin 2015, qui permettront aussi de commémorer le quarantième anniversaire de la première lutte des putes : l’occupation de l’église ST-Nizier en juin 1975.

Sic:Amparanoïa d’Hacer dinero, Amy Winehouse: You know I’m no good, Brigitte Fontaine: Pipeau, Cindy Lauper: Girls just want to have fun
Cette entrée a été publiée dans Luttes, Saison 7 et 8, Travail, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Putains de rencontres!

  1. Lydia dit :

    Je découvre votre blog/radio…
    Et si on commençait par changer le nom de cette profession?
    « Assistante sexuelle’ ou encore « aide-psycho-émotionnelle sexuelle » ou « pro de la libido » « technicienne émotionnelle »…des titres qui seraient plus respectueux, plus justes, et agiraient sur l’inconscient collectif amenant à changer les mentalités, aidant à briser les tabous, tant au niveau de la sexualité que de « ce corps de métier »;
    On paie bien des coachs, des psy, des médecins, des pharmaciens, des profs…
    qui participent au bien-être, à l’épanouissement de l’individu et de la société, tout comme ces femmes qui ont choisi de vendre leur charme, de louer leur corps pour un moment. Ce choix est tout aussi respectable que celui des femmes qui se marient « pour la vie », il y a aussi très souvent un business derrière cet acte conditionné par la peur de la solitude, du manque, du sentiment d’impuissance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *