Émission du 1er mai 2016

Le lendemain du premier quartier, et de surcroit un jour à contempler la lune au lieu de travailler, la troisième émission s’est passée !

Godzilla in a scene from the film 'Godzilla VS. The Smog Monster', 1971. Toho/Getty ImagesComment habite t-on chez les animaux ? Comment s’habitent-ils (et elles) ou se représentent-ils (et elles) le monde, leur monde ? Qu’est-ce que ça fait d’être une chauve-souris ou un éléphant ?

A partir de la pensée de Jacob Van Uexküll, nous ping-ponguons d’un auteur à l’autre (Thomas Nagel, Francisco Varela, Vinciane Despret) pour essayer de comprendre les animaux et leurs « connexions » aux mondes, d’évoquer les possibles liens entre pensée et biologie, d’explorer la diversité des manières d’habiter et de mieux saisir l’importance du sens. Subjectivité, phénoménologie, expérience de pensée, sensation, affect, tout est passé au peigne fin des déportés !

Au final, ça nous laisse le temps, cette fois, de dérouler une page PQ sur un traité de tératologie d’Ambroise Paré.

Pour la musique, on a encouragé les liens avec les animaux : The Stooges « I Wanna Be Your Dog », Jacques Durtonc « Les Cactus », Melt Banana « Dog Song », Little Rabbits « La Mer ».

Ça se (ré)écoute, ça peut faire mal aux oreilles mais ça n’affectera pas votre sens de l’écholocation :

Pour aller plus loin :

Qu’est-ce qui détermine un monde (lundimatin)

Réalité virtuelle et multiplicité des mondes (fabula)

Les références citées dans l’émission :

Jakob von Uexküll. Mondes animaux et monde humain. 1956.

Thomas Nagel. What Is It Like to Be a Bat? The Philosophical Review, Vol. 83 (4): 435-450. 1974. (traduction)

Francisco Varela & Humberto Maturana. Autopoesis and Cognition. 1973.

Ambroise Paré. Des monstres et prodiges. 1573.

Poster un commentaire