SUFFOCATION / ORIGIN, mardi 17 juillet 2012, CCO, Lyon

Depuis quelques temps Lyon a la chance d’accueillir des concerts hyper intéressants au cœur du mois de Juillet : ces dernières années, on pourrait ainsi citer des prestations de KARMA TO BURN, LAMB OF GOD ou encore DEVIL DRIVER.

A chaque fois, malgré la période estivale propice aux vacances, ces shows se sont révélés comme de belles réussites en termes d’ambiance, d’affluence et de plaisir.

2012 ne dérogera pas à cette belle habitude et cette année, c’est juste le superbe attelage ORIGIN / SUFFOCATION qui nous gratifie d’une date au CCO.

ORIGIN et SUFFOCATION : 2 légendes du Brutal Death Métal, 2 visions différentes du genre : diaboliquement technique pour ORIGIN et plus rentre-dedans pour SUFFOCATION.

Bref, c’est l’eau à la bouche que j’accours au CCO en ce chaud mardi 17 juillet. Et je ne suis pas le seul : au total, pas loin de 300 personnes ont fait le déplacement. Chapeau bas !

Comme souvent pour pareille tournée, les 2 combos américains sont accompagnés par 3 formations plus anecdotiques et surtout plus jeunes : SLAUGHTER DENIAL, UNBREAKABLE HATRED et RE-ARMED.

5 groupes en une soirée, le timing sera plus que serré pour caser tout le monde, et cela même si les 3 premiers groupes ne se voient accorder qu’une poignée de minutes pour faire leurs preuves.

Pour une fois, j’ai la chance d’arriver particulièrement tôt et donc de profiter du concert de UNBREAKABLE HARTRED. Le trio Canadien pratique un Death efficace et sans fioriture truffé de riffs sympathiques. On songe à Misery Index ou Dying Fetus. La bassiste/hurleur prendra la peine de nous adresser quelques mots en québécois avec un accent à couper au couteau. Malgré la jeunesse du groupe, le concert est efficace et carré. Et même si le public est encore un peu sur la réserve, on passe un bon moment.

 

ORIGIN

Après quelques binouzes (il faut bien lutter contre la température quasi tropicale), ce sont les tarés d’ORIGIN qui prennent d’assaut la scène du CCO.

Je ne cache pas ma satisfaction d’enfin re-croiser les Américains après un premier concert mythique au Lyon’s Hall en 2009. En effet, ORIGIN avait fait faux bond au public lyonnais lors de leur tournée européenne de ce printemps. Une date avait été longtemps annoncée dans la région, avant d’être finalement annulée au dernier moment.

Dans le même ordre d’idée, leur concert programmé au Hellfest 2012 année avait aussi été annulé quelques semaines avant le festival.

Bref, beaucoup de contre-pieds pour ORIGIN, mais ce soir, ils sont bien présents pour notre plus grand plaisir.

Depuis leur dernière prestation à Lyon en 2009, l’ultra-charismatique James Lee, hurleur de son état a été remplacé par Jason Keyser (inconnu au bataillon). La tache n’est pas simple tant James Lee symbolisait le Brutal Death si particulier et si trippant d’ORIGIN.

Passées les premières minutes de surprise du concert, je constate que le gars s’en sort bien. Son plaisir d’être sur scène est palpable. Il est beaucoup plus mobile que James Lee et ne cesse de solliciter le public.

Globalement, le groupe originaire du Kansas nous délivre une prestation de très très haut vol : les morceaux sont une succession d’exploits techniques joués à un rythme effréné. C’est très très rapide, très très fort et très très violent. Le public est au diapason du groupe, c’est-à-dire déchainé.

La set-liste est pour moitié concentrée sur leur dernier album, « Entity » que je n’ai malheureusement pas encore écouté. Seul 2 extraits de « Antithesis », mon CD préféré, sont joués dont un « Wrath of Vishnu » tonitruant !

Personnellement, je suis ébahi par la virtuosité des musiciens qui jouent à une vitesse stratosphérique. Et notamment Mike Flores, le bassiste. Je suis hypnotisé par son jeu : ce mec n’est pas humain, c’est une évidence. Le gars enchaîne des plans techniques absolument incroyables sur sa basse tout en claquant ses hurlements pour soutenir Jason Keyser …

Nous sommes tous épatés devant un tel musicien qui tient plus du martien que de l’être humain. Quel talent!

La musique d’ORIGIN est véritablement complexe et violente. Personnellement, il faut que je sois vraiment attentif pour profiter de toutes les subtilités de la musique et du coup, pour en prendre du plaisir. Or là, je suis hypnotisé par la gestuelle de Mike Flores et cette ultra technicité finit par me faire sortir du concert. Et finalement, avec le recul, je ne retiens que cette démonstration technique hallucinante, la musicalité même d’ORIGIN restant en arrière plan.

Du coup, malgré la grande qualité manifeste du concert, je reste un peu sur ma faim.

Set-liste Origin
01. Expulsion of Fury
02. Purgatory
03. Wrath of Vishnu
04. Staring From the Abyss
05. Swarm
06. Saligia
07. The Aftermath
08. Portal

 

SUFFOCATION

Après la claque technique infligée par ORIGIN, je me demande comment SUFFOCATION va pouvoir prendre la relève. Le public s’est dépensé sans compter, et compte tenu de la température élevée du CCO ce soir, les gens sont épuisés.

Mais, pour SUFFOCATION, ce challenge apparent est loin d’être une gageure. Le groupe vétéran et quasi inventeur de ce genre de musique va nous ratatiner les derniers neurones qui avaient échappé au pilonnage d’ORIGIN.

Surprise : Frank Mullen l’habituel vocaliste est remplacé par Bill Robinson, le chanteur de DECREPIT BIRTH. Bizarre d’autant plus que Frank Mullen avait assuré la date du Hellfest début juin.

Heureusement, il faut reconnaitre que Bill Robison, dreadlocké jusqu’à l’os, assure l’intérim avec un certain talent. Ses growls sont en place, et en fermant les yeux l’illusion est presque parfaite.

Par contre, le gars est super bavard entre les morceaux. Ce qui coupe un peu l’élan du public. Il faut dire que la chaleur est suffocante ce soir (ha ha ha ha) et le groupe passe du temps entre chaque chanson à s’éponger et s’hydrater.

Dans un genre nettement moins démonstratif mais finalement plus efficace et plus bourrin qu’ORIGIN, SUFFOCATION nous propose une set-liste avec notamment 4 extraits de leur mythique premier album, « Effigy of the Forgotten »

Personnellement, au contraire d’ORIGIN, je rentre complètement dans le trip poisseux proposé par les américains : on se fracasse les vertèbres sur le rythme frénétique des hymnes de SUFFOCATION.

On sort de ce concert complètement trempé mais heureux d’avoir pris une bonne grosse dose de Death métal furieux.

Merci à MyReferenceEvents d’avoir eu le courage de monter cette date, c’était parfait.

Set-Liste Suffocation
01. Thrones of Blood
02. Effigy of the Forgotten
03. Catatonia
04. Pierced From Within
05. Liege of Inveracity
06. Funeral Inception
07. Cataclysmic Purification
08. Abomination Reborn
09. Mass Obliteration
10. Devoid of Truth
11. Infecting the Crypts
Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *