IMMOLATION / FORSAKEN WORLD, mercredi 26 Septembre 2012, CCO, Lyon

Comme un signe prémonitoire, le premier concert de la rentrée est organisé alors qu’un déluge cataclysmique de pluie froide et pénétrante s’abat sur la capitale des Gaules.
Ainsi, j’arrive vers 20h au CCO, littéralement trempé et fatigué d’avoir lutté contre les éléments déchainés.
Ces péripéties climatiques n’ont nullement altéré mon enthousiasme. Pensez-vous donc : IMMOLATION, une des références majeures du Death Métal a posé ses flying-cases ce soir en terre lyonnaise. En effet, les Américains accompagnent leurs amis suédois MARDUK sur leur longue tournée européenne, « The serpent Sermon Tour 2012 », planifiée entre Août et Octobre. Depuis une affiche partagée aux débuts des années 2000, les 2 groupes s’apprécient grandement même s’ils pratiquent des styles de musiques un peu différents.
IMMOLATION est un groupe new-yorkais, vétéran de la scène Death Métal. Leur premier album, « Dawn of Possession » date de 1991, sorti la même année que le fantabuleux « Blessed are the Sick » de MORBID ANGEL. La comparaison avec leurs compatriotes floridiens n’est pas innocente : IMMOLATION n’a à mon sens jamais recueilli la renommée qu’il pouvait espérer, au contraire de MORBID ANGEL. Pourtant, IMMOLATION n’a jamais cessé de creuser son sillon, à coup d’albums mortels et de riffs ultra accrocheurs. Malgré ses énormes qualités, le groupe n’a jamais quitté une certaine confidentialité.
Ce n’est qu’en 2010, que les New-yorkais décrochent le Saint Graal grâce à un deal avec le méga label Nuclear Blast. A cette occasion, IMMOLATION nous a gratifié d’un album exceptionnel, le tonitruant « Majesty and Decay » gavé de tubes (Death Metal, j’entends, hein….) -« A token of Malice », « A glorious Epoch », « Divine Code » … Ce chef d’œuvre, condensé de puissance, est une vraie réussite en termes de maîtrise du genre.
2 mots pour qualifier la musique d’IMMOLATION : Puissance et Grandeur. Le groupe pratique une musique qui en impose et qui époustoufle. Une fois rentré dedans, il est impossible de rester insensible aux vocaux démoniaques de Ross Dolan, aux solis de Bob Vigna et surtout aux ambiances que le groupe arrive à distiller tout au long de ses albums.
Le groupe s’appuie avant tout sur ses 2 leaders et fondateurs : Ross Dolan, le charismatique bassiste/hurleur et le survolté Robert Vigna, maître es-Riff et accessoirement, un des plus talentueux guitaristes du Death Metal (qui me fait penser au génial Trey Azagthoth de MORBID ANGEL, avec cette faculté de pondre des solis dissonants et apocalyptiques).
Ayant vu le quatuor américain lors de leur prestation enflammée donnée lors du Brutal Assault cet été, j’étais impatient de me reprendre une dose d’IMMOLATION.
Par contre, MARDUK, la tête d’affiche de ce soir, ne suscite pas le même intérêt de ma part. Leur black métal malsain au possible ainsi que leur image plus que douteuse ne m’ont jamais inspiré.

 

FORSAKEN WORLD
Mais avant les 2 gros groupes, nous avons droit à plusieurs premières parties plus confidentielles. Et notamment, les petits français de FORSAKEN WORLD. Formé en 2010, le groupe a déjà sorti un premier album, « As Time Reflects Our End ». Même si les Nancéens arborent de superbes corpse-paints, la musique pratiquée sonne plus comme du Death Métal moderne que comme un Black rageur. Sur scène, les musiciens semblent à l’aise et affichent déja de belles certitudes. Cependant, je ne retiens pas grand-chose de la performance muscicale de FORSAKEN WORLD. Cela ne décolle pas vraiment, et les chansons sonnent un peu platement … Il manque quelque chose. Même si tout est carré et bien maîtrisé, il manque un soupçon de folie et d’inspiration pour faire décoller l’assistance. A revoir dans quelques mois je pense …

 

IMMOLATION
Après cette mise en bouche, il est temps de passer aux choses sérieuses : IMMOLATION. La salle s’est bien remplie : environ 300 personnes.
Rapidement, les 4 musiciens montent sur scène. Le décor est inexistant : pas de Back-drop, pas de fumigène … Seulement équipé de ses instruments et de ses amplis, IMMOLATION semble sûr de son fait. Et en effet, sans artifice superflu, le groupe va méchamment nous tabasser la tronche.
Depuis ces nombreuses années au service d’un Death metal sans concession, le groupe est passé maître dans la faculté d’instaurer une ambiance poisseuse et travaillée. Pour profiter du concert, je m’installe aux tous premiers rangs. A cette distance, la baffe est monumentale. D’autant plus que pour une fois, le son du CCO est bon : il permet de profiter pleinement du Death Metal délicieusement old-school du groupe.
Niveau ambiance, je ne sais pas comment ça se passe dans la salle, mais devant c’est la guerre ! Ça se bouscule et il faut lutter pour rester aux avant-postes. Je me tiens juste à côté de petits jeunes qui manifestement ne sont venus que pour MARDUK. Avec leurs petits yeux ébahis, ils découvrent en Live la puissance dévastatrice d’IMMOLATION. Et manifestement, les pauvres petits ont du mal à s’en remettre : « Mais c’est quoi ce groupe de fou ? » « Mais c’est énOOOOOOOOrme » Et oui ! C’est énorme de puissance dévastatrice, le tout en conservant ce petit truc mélodique qui arrache tout.
Sur scène, Ross Dolan magnétise tous les regards : entre sa longue chevelure, sa carrure de déménageur, ses vocaux titanesques et son charisme effrayant, le gars en impose. Pendant les quelques pauses qu’IMMOLATION s’accorde au long du concet, Ross nous fait part de sa joie de se produire à nouveau devant nous, toujours avec ce petit sourire sadique du mec qui sait qu’il est en train de nous massacrer.
Robert Vigna, son acolyte guitariste de toujours, est littéralement habité par ses riffs et solis (quelle version de «Unholy Cult » ! Mon cou en frémit encore de bonheur).
La set-Liste est juste parfaite … enfin pour une première partie avec un temps de jeu réduit. Par exemple, l’enchainement « Majesty and Decay » / « Father, You’re not a Father » est juste divin. Forcément, vu la qualité du groupe, on aimerait qu’il joue plus longtemps.
Dans la salle, on reconnait les membres de THE SEVEN GATES ou SANCTUAIRE, venus eux aussi prendre leur leçon de Death Metal.
Set-Liste IMMOLATION
01. Close to a World Below
02. Swarm of Terror
03. Majesty and Decay
04. Father, You’re Not a Father
05. What They Bring
06. Into Everlasting Fire
07. A Glorious Epoch
08. Under the Supreme
09. Unholy Cult
10. Dawn of Possession
La dernière chanson « Dawn of Possession » est l’occasion de lâcher mes dernières forces dans la bataille. Mais non, je ne suis pas assez vieux pour ces bêtises !
Cependant, au bout de 45 minutes de plaisir, je sors de la mêlée, rincé et épuisé… mais ravi.

 

MARDUK
Après cette gigantesque déflagration sonore, MARDUK qui poursuit la soirée, a bien du mal à s’imposer (en tout cas à mes yeux). Au contraire d’IMMOLATION, MARDUK s’appuie sur de nombreux artifices : fumigènes, éclairage verdâtre digne des films d’horreur, maquillages guerriers, gestuelles vindicatives, back-drop maléfique… Tout le décorum satanique est de sortie !
Je me suis positionné bien plus en arrière pour avoir une vue d’ensemble. Mortuus, le hurleur attitré, vocifère de manière convaincu et le public, qui manifestement n’est venu que pour MARDUK est aux anges (sic). La foule bien compacte s’agite sous l’avalanche de morceaux blasphématoires.
Même si l’impression visuelle est marquante, la prestation de MARDUK me parait bien fade. Il faut dire que je n’ai jamais accroché à leur musique : trop « raw » pour moi.
Du coup, au bout de 4 morceaux, je quitte la salle. Dehors, l’accalmie n’a pas eu lieu et pendant que MARDUK crache sa haine, les nuages noirs continuent de déverser leur pluie froide sur Lyon et sa région ….
Je repars vers 22h du CCO littéralement trempé et fatigué d’avoir lutté avec les fans déchainés d’IMMOLATION.
Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.