KREATOR / ARCH ENEMY, mercredi 26 novembre 2014, Transbordeur, Villeurbanne par Raph

Après un concert plutôt old-School hier avec les Anglais de SAXON, nous voici déjà de retour au Transbordeur pour la dernière affiche de l’année 2014 en ce qui me concerne. Ce soir, la soirée est organisée par MEDIATONE qui a su mettre les petits plats dans les grands. En effet, pour clôturer cette superbe saison de concerts, l’affiche proposée est tout simplement somptueuse. Association du feu et de la glace, les organisateurs nous proposent de mélanger le Thrash rageur des Allemands de KREATOR au Death mélodique des Suédois d’ARCH ENEMY pour un live qui promet de faire des étincelles !





Depuis de nombreuses années, KREATOR a pris la très bonne habitude de nous rendre visite. A chaque fois, le public répond présent en se pressant en masse au Transbordeur. Il faut préciser que les Teutons ont le don de très bien s’entourer en offrant leur première partie à des groupes de renom. On se souvient des passages récents de DARK TRANQUILLITY ou encore MORBID ANGEL. On a connu pire comme groupe d’ouverture.


Après presque 20 ans de carrière, ARCH ENEMY entame un nouveau chapitre de son histoire. Angela Gossow, chanteuse / hurleuse emblématique a décidé te prendre du recul sur son engagement dans le groupe. D’après la petite histoire, elle aurait choisi elle-même sa successeuse en la personne de la charmante, Alissa White-Gluz (Choriste chez KAMELOT et ex-hurleuse dans THE AGONIST) En plus de ce changement radical, ARCH ENEMY a changé de 2e guitariste juste avant d’entamer son périple européen en compagnie de KREATOR. Pour tenir ce poste exposé, Mike Amott, leader talentueux du groupe, a jeté son dévolu sur Jeff Loomis, le shredder fou. Plus trop dans le circuit depuis le split de NEVERMORE, c’est un plaisir de revoir le virtuose de retour aux affaires. En tout cas, avec ce line-up, ARCH ENEMY fait vraiment figure de all-stars band. En effet, le CV des musiciens regorge de groupes incroyables : CARCASS, DISMEMBER, NEVERMORE, KING DIAMOND, MERCYFUL FATE, THE AGONIST, SPIRITUAL BEGGARS …. Purée ! Avec une telle brochette de références, ARCH ENEMY a la chance de pouvoir s’appuyer sur de vrais tueurs.


Bon, malheureusement, je vous refais le coup : en gros, je n’arrive encore pas trop en avance au Transbordeur (doux euphémisme). En fait, comme tenu de mes horaires de travail, j’ai juste manqué les 2 premiers groupes : DRONE et HELL. Car, en effet, j’ai oublié de préciser mais ce soir, le programme contient 4 formations ! C’est beaucoup mais heureusement, les changements de plateau se font très vite. La soirée ne finira donc pas à point d’heure. Bon point pour l’organisation !


Même si je suis déçu de manquer la première moitié du spectacle, cela aurait pu être bien pire. En effet, sur une grosse partie de la tournée, DRONE et HELL sont remplacés par SODOM et DESTRUCTION. Et manquer les 2 vétérans germaniques m’auraient bien plus fait regretter mon retard.


ARCH ENEMY


Le Transbordeur est plein comme un œuf quand ARCH ENEMY attaque son show. Dans la fosse, le public est essentiellement composé de jeunes blancs-becs chauds comme la braise.


Pour sa première grosse tournée avec son nouveau groupe, Alissa met tout de suite les points sur les « i ». Le petit bout de femme balance ses growls avec une rage et une conviction rare. La grosse différence avec Angela est évidente : l’énergie déployée n’est pas la même ! Galvanisée par l’accueil chaleureux du public lyonnais, la petite saute de partout. Avec ses colifichets métalliques (chaînes, pendentifs et lanières en cuir) et ses grands cheveux bleus, Alissa ne se ménage pas. Canadienne d’origine, elle n’hésite pas à s’exprimer dans la langue de Molière avec ce si charmant accent québécois : l’effet est garanti !





A ses côtés, Jeff Loomis fait lui aussi feu de tout bois. S’appuyant sur sa technique irréprochable, le guitariste américain semble faire partie des meubles depuis des lustres. Dire qu’il s’agit de son premier concert avec ARCH ENEMY.


Les Suédois disposent d’une heure de temps de jeu pour convaincre. Ils vont donc enchaîner sans aucun temps morts une douzaine de tubes percutants. Bien entendu, le groupe attaque son set avec le premier single issu du dernier album « War Eternal ». Tout de suite, le public est déchainé et se presse avec entrain.


Cependant, même si les 2 petits nouveaux apportent un vent de nouveauté sur ARCH ENEMY, je ne peux m’empêcher de commencer à bailler, une fois passer la première demi-heure de concert. Sans être désagréables, les morceaux manquent d’une certaine fraicheur. En fait, les chansons semblent presque toutes composées sur le même schéma. Résultat : sur la longueur, ça sonne presque « plan-plan ». Efficaces sur l’instant, il manque un brin de folie qui pourrait faire décoller tout ça. Réunir autant de talents sur scène pour produire quelque chose d’aussi prémâché c’est un peu gâché. Dans la fosse, la jeunesse n’en a cure et se défoule dans un tourbillon frénétique. La toute fin du set relève le niveau avec un enchaînement irrésistible « We Will rise » / « Nemesis » qui emporte tout.


Néanmoins, je dois avouer que je reste un peu sur ma faim. Vu la tournée interminable qui attend ARCH ENEMY, j’ai presque un pincement au cœur pour les musiciens. A jouer ce répertoire « facile », ils vont probablement bien s’ennuyer pendant ces longs mois sur la route.


Setlist ARCH ENEMY – 26 novembre 2014
01. War Eternal
02. Ravenous
03. My Apocalypse
04. You Will Know My Name
05. Bloodstained Cross
06. Under Black Flags We March
07. As the Pages Burn
08. Dead Eyes See No Future
09. No Gods, No Masters
10. Yesterday Is Dead and Gone
11. We Will Rise
12. Nemesis


KREATOR


Avec ses 30 ans de carrière, KREATOR se pose comme la référence du Thrash teutonique. Mené de main de maître par Mile Petrozza, le quatuor est né au milieu des années 80 et à traversé les années. Après une première décennie mené tambour battant, le groupe s’est perdu dans les 90’s en s’aventurant loin de son style séminal. En 2002, KREATOR s’est ressaisi avec un album de référence, « Violent Revolution » gavé jusqu’à la gueule de riffs ciselés et percutants. Avec ce disque incroyable, la bande issue de la Ruhr a retrouvé son trône de leader de la scène européenne en accentuant son côté mélodique. Depuis, il ne nous a jamais déçu, sur disque en tout cas. Car, sur scène, ce fut parfois plus délicat : alignant les mêmes gimmicks depuis des lustres, le groupe est parfois à la limite de la caricature (« Are you readyyyyyyyyyyyyyyyy to raise your flag of haaaaaaaaaate ???? ») Ainsi, lors de leur dernier passage sur Lyon, MORBID ANGEL s’était révélé bien plus convaincant que les musiciens de KREATOR. En effet, perdus au milieu d’une fumée épaisse, on avait bien eu du mal à les apercevoir.


Heureusement, les chansons de KREATOR restent de véritables machines à headbanger ! C’est l’assurance de passer un bon moment. Curieusement, dans la fosse, juste avant que les Allemands attaquent leur show, le public a changé : exit la jeunesse triomphante, et bienvenue aux quadras bedonnants et grisonnants. Amusant !


D’entrée, le groupe marque son territoire avec un tonitruant « Violent Revolution » qui met tout le monde d’accord. Le concert commence sur les chapeaux de route car voici que déboule « Civilization Collapse » suivi de « From Flood Into Fire », extraits tous 2 de l’excellent dernier album « Phantom Antichrist ». Ces premières pépites mélodiques (juste ce qu’il faut) sont vraiment représentatifs du style KREATOR des années 2000.





Durant le set, les Allemands vont sans cesse alterner les titres récents (depuis 2002) avec les antiquités beaucoup plus violentes de leur début (« Extreme Agression », « Endeless Pain », « Pleasure to Kill », « Flag of Hate » …) Même s’ils font partie de l’histoire de KREATOR, ces morceaux sonnent vraiment datées aujourd’hui. Presque brouillons, ils font pâle figure à côté des « Enemy of God » ou autre « Voices of the Dead » ! Entre ces 2 périodes de la carrière du quatuor, seul un « Phobia » issu de « Outcast » et joué ce soir nous rappelle que KREATOR a sorti des albums durant les années 90.


Comme à son habitude, le show est millimétré et repose grandement sur les épaules du toujours alerte Mille Petrozza qui en fait des tonnes (« Are you readyyyyyyyyyyyyyyyy to raise your flag of haaaaaaaaaate ???? »)


KREATOR se pliera à la tradition du rappel mais fera preuve d’une certaine originalité en nous proposant une reprise d’IRON MAIDEN (« The number of the Beast ») Amusant clin d’œil ! Même si un choix moins évident aurait été le bienvenu ! Quoiqu’il en soit, cette chanson est tellement fédératrice qu’elle déclenche l’enthousiasme de toute l’assistance. Histoire de planter les derniers clous dans nos cercueils, les Allemands clôturent leur prestation par un enchaînement de classiques dont ils ont le secret : « People of the Lie » / « Tormentor » / « Flag of Hate ».


En conclusion, KREATOR nous a gratifié d’une excellente prestation très énergique et pleine de conviction. Il reste du chemin à parcourir pour ARCH ENEMY car les vétérans allemands ont démontré qu’ils n’allaient pas lâcher de sitôt leur sceptre de patriarches du metal extrême européen.


Setlist KREATOR – 26 novembre 2014
01. Violent Revolution
02. Civilization Collapse
03. From Flood Into Fire
04. Extreme Aggression
05. Phobia
06. Enemy Of God
07. Voices Of the Dead
08. Endless Pain
09. Suicide Terrorist
10. Phantom Antichrist
11. Impossible Brutality
12. Hordes Of Chaos
13. Pleasure To Kill
—–
14. The Number Of The Beast (Iron Maiden)
15. People Of The Lie
16. Flag Of Hate / Tormentor

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.