THE BLACK DAHLIA MURDER / BENIGHTED, samedi 30 janvier 2016, Mjc O’Totem, Rillieux-la-Pape par Raph

Le chapitre 2015 est à peine terminé et me voici déjà en train à rédiger la première ligne du chapitre 2016 de mes aventures scéniques. Il faut dire que les concerts de qualité s’enchainent sans temps mort depuis un bon moment dans la région. Nous avons la chance de bénéficier de l’excellent travail de nombre d’associations qui font feu de tout bois pour nous proposer des affiches qui valent le détour dans notre style de prédilection.

Pour la reprise 2016, c’est l’association MEDIATONE qui régale en proposant une étape de la délicieuse tournée européenne THE BLACK DAHLIA MURDER / BENIGHTED. Et encore ! La soirée déjà monstrueuse et digne d’un fantasme de tout fan de Death Metal à tendance adipeuse s’est vu amputer de GOROD. En effet, le groupe a dû jeter l’éponge peu de temps avant la date fatidique suite à la blessure de son batteur. Triste. Vu la dextérité que requiert l’exercice, je comprends que les Bordelais n’aient pas eu le temps de se retourner. J’espère que j’aurais d’autres occasions de recroiser ce groupe français qui a tout pour plaire. Du coup, ce sont les copains de DEATH AWAITS, toujours mené par le sémillant Flo, qui ont récupéré le créneau à la volée.

TBM - Flyer

Cette soirée festive se drape tout de même d’un brin de tristesse. Pensez donc : il s’agit du dernier concert dans la région de Kevin FOLEY derrière son kit de batterie pour les Stéphanois de BENIGHTED. Après un intérim de quelques temps chez ABBATH, le batteur surdoué a décidé d’arrêter sa collaboration avec BENIGHTED. Dommage, tant le style du bonhomme alliant efficacité et maestria est une des marques de fabriques des Tarés du Forez. Avec tout son talent, le gars aspire sans doute à autre chose .

J’arrive un peu avant 20 heures aux alentours de la MJC O’TOTEM. Pour une fois, je ne suis pas en retard. Je retrouve les copains qui se sont déplacés en masse, alléchés par la perspective d’en prendre plein les oreilles. (Hail to Romeu ,JD, Skander …) Les portes sont encore closes mais la foule est déjà bien compacte devant la salle. Signe du succès de cette tournée, le concert affiche complet ! Génial !

Au bout de quelques minutes, les spectateurs sont autorisés à rentrer au compte-goutte. Après avoir récupéré un godet de houblon de bière bio, je file devant la scène. La MJC O’TOTEM a l’avantage d’être vaste (environ 400 personnes) ; du coup, ça va bien brasser.

DEATH AWAITS

Les choses commencent avec les Lyonnais de DEATH AWAITS et leur Death / Trash bien graisseux. Chose étrange, le groupe se présente avec un seul guitariste. Est-ce une nouvelle orientation du groupe ou un empêchement de dernière minute ? Aucune idée.

En tout cas, les 4 rescapés font comme si de rien n’était. Mais du coup, la musique manque singulièrement d’amplitude. J’ai un peu mal à rentrer dedans. Flo arpente la scène de long en large multipliant les gestes guerriers et les harangues vers un public, un poil en retrait. Le gars ne se laisse pas démonter et affiche une belle énergie. Je reconnais plusieurs morceaux de leur dernier opus « The Abominable » ! Le groupe dispose de 20 minutes pour convaincre et donne tout ce qu’il a.

Malgré ma petite réserve sur la formation en quatuor, je passe un agréable moment en compagnie des bucherons lyonnais. Ils auront en tout cas parfaitement rempli leur mission : chauffer gentiment un public près à tout emporter avec BENIGHTED

BENIGHTED

Car forcément, les stars de la soirée, ce sont bien les BENIGHTED. Et dès les premières secondes du set, il est évident que Julien et ses troupes ont décidé de retourner la MJC O’TOTEM. Leur Brutal Death avec de gros morceaux de Grind dedans, déclenche une véritable hystérie collective dans la fosse. Comme d’habitude serais-je tenté de dire ?

Quand BENIGHTED joue à la maison, le concert tourne invariablement à la grosse orgie en famille. Circle-pits, pogos, stage-divings, Wall of Death … les figures de style s’enchaînent dans le pit avec un public aux anges et tout sourire. Les musiciens affichent la même décontraction et semblent prendre un plaisir de dingue. Je peux vous garantir que dans la fosse, le plaisir est palpable.

Sur scène, Julien profite de chaque pause entre les morceaux pour envoyer de chaleureux messages de sympathies. Les meilleurs morceaux de BENIGHTED s‘enchainent dans une déflagration de décibels. Ma montre n’y résiste pas : participant aux démonstrations de joie collective, je ne me rends pas compte que ma toquante est arrachée involontairement dans la mêlée …. Tant pis ! J’ai l’habitude : ça doit être ma 4e montre qui ne résiste pas à un concert de Death !

Benighted

A noter que malgré la complexité de la musique, le son est bon. Je me permets d’attribuer un bon point à l’ingénieur du son qui a su nous offrir cette performance : la tâche n’a pas dû être aisée.

Chose incroyable, malgré la fureur, derrière son kit, Kevin reste d’un flegme imperturbable : le mec est un monstre jouant tout en décontraction enchainant les plans hallucinants sans provoquer la formation d’une seule goute de sueur. Terrifiant !

En cours de set, BENIGHTED prend 2 minutes pour nous présenter 2 musiciens les ayant dépannés sur la tournée. Il faut préciser que le groupe joue sur toute la tournée de THE BLACK DAHLIA MURDER. Et j’imagine que les musiciens habituels n’ont pas pu lâcher leurs boulots pendant une si longue période. Chapeau aux Stéphanois d’avoir pu honorer cette tournée vu les conditions.

Il est difficile de décrire le plaisir procuré par un concert de BENIGHTED. C’est beaucoup de choses à la fois : le sentiment d’appartenir à une grande famille, de profiter de plaisirs simples, de partager des moments forts de camaraderie et de s’émerveiller de chansons ultra violentes mais festives. Oui, BENIGHTED est grand ! Oui, BENIGHTED est un monstre ! Oui BENIGHTED est probablement le leader de la scène Brutal Death Française.

Après une telle démonstration, je plains THE BLACK DAHLIA MURDER. Il s’agit de se monter à la hauteur et la tâche ne va assurément pas être simple.

Set-liste BENIGHTED – 30 janvier 2016
01. Collection Of Dead Portraits
02. Experience Your Flesh
03. Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
04. Carnivore Sublime
05. Slut
06. Fritzl
07. Defiled Purity
08. Swallow
09. Asylum Cave
10. Jekyll

THE BLACK DAHLIA MURDER

Malheureusement, les choses vont trainer entre les 2 concerts. Manifestement, il y a un souci technique. Et c’est seulement après de longues minutes que les Américains se présentent enfin sur scène.

En ce début d’année, THE BLACK DAHLIA MURDER est en pleine promotion de son 7e et dernier album. Le groupe a pris l’habitude d’attribuer des titres composés d’un seul mot à ses disques. Cette année, nous avons donc droit à « Abysmal ». Les choses n’ont pas beaucoup bougé depuis sa formation en 2001. Nous sommes toujours en présence d’un Death moderne avec une grosse tendance « Core ». La musique se caractérise par la voix si particulière de son leader, Trevor Strnad.

Sur une scène décorée par les dessins faustiens et sanglantes issus de «Abysmal », les Américains redoublent d’effort pour faire bonne figure. En terme de set-liste, THE BLACK DAHLIA MURDER pioche équitablement dans sa riche discographie démontrant l’étendue de sa maitrise.

Malheureusement, les choses ne prennent pas complétement. Autant BENIGHTED a bénéficié d’un son clair et parfaitement équilibré, autant là, les choses se sont gâtées. L’effet « Bouillie sonore » n’est pas très loin. Pour une musique aussi riche et touffue, cet aspect est rédhibitoire.

Fatigué par la prestation explosive de BENIGHTED, le public fait preuve de nettement moins de folie. Pourtant Trevor ne cesse d’haranguer la foule. Mais, je crois qu’il n’est pas dupe. Il l’avoue lui–même « Dur de passer après BENIGHTED » Je ne suis pas sûr que les Américains connaissaient les Stéphanois avant cette tournée commune. Mais, si la troupe de Julien a mis la pilule tous les soirs comme aujourd’hui, THE BLACK DAHLIA MURDER n’est pas prêt de les oublier.

TbM

Personnellement, à l’écoute de la musique du gang de Detroit, je finis par ressentir une certaine linéarité. Attention : techniquement, les choses sont propres mais les chansons manquent de dynamisme et de variations d’intensité. C’est simple : on a l’impression de se faire rouler dessus par un rouleau compresseur avec un côté mécanique et implacable.

Avec le retard pris entre les 2 groupes, l’heure tourne et pour respecter les horaires des transports en commun, le concert se trouve un peu écourté. C’est finalement pas plus mal.

En conclusion, malgré une prestation un brin en dessous de THE BLACK DAHLIA MURDER, la soirée fut incroyable d’intensité et de plaisir. BENIGHTED a clairement volé la vedette. Il est amusant de remarquer que j’avais fait exactement la même remarque il y a quelques mois quand LOUDBLAST avait joué après BENIGHTED lors d’un concert commun au Transbordeur.

Cet automne, les Stéphanois joueront en première partie de NAPALM DEATH au CCO de Villeurbanne. La confrontation risque d’être intéressante. Qui en sortira vainqueur ?

Set-liste THE BLACK DAHLIA – 30 janvier 2016
01. Receipt
02. What a Horrible Night to Have a Curse
03. On Stirring Seas of Salted Blood
04. Threat Level No. 3
05. Vlad, Son of the Dragon
06. Moonlight Equilibrium
07. Elder Misanthropy
08. Abysmal
09. Funeral Thirst
10. Everything Went Black
11. A Vulgar Picture
12. I’m Charming
13. Raped in Hatred by Vines of Thorn
14. Miasma
15. Statutory Ape
16. Deathmask Divine

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.