BETRAYING THE MARTYRS, samedi 20 Octobre 2012, MJC O’Totem, Rillieux la Pape

En cet humide samedi d’octobre, toute la fine fleur de la jeunesse lyonnaise s’est donné rendez-vous à la MJC de Rillieux la Pape, pour assister à la 3ème édition du festival MONSTERCORE. Sponsorisé par la boisson musclée, ce festival regroupe pour un samedi de fête quelques pointures de la nouvelle scène française comme THE ARRS, IN ARKADIA ou BETRAYING THE MARTYRS, au total 8 formations sont prévues.
Pour que tout le monde puisse jouer, l’ouverture des portes a été fixée à 17h00 … soit très tôt ; trop tôt pour un papa comme moi. Du coup, malgré l’intérêt de l’affiche, je dois faire des choix : j’arriverai vers 20h00 avec mon poto JD (hail Bro !) pour assister à la prestation de BETRAYING THE MARTYRS.
BETRAYING THE MARTYRS est présenté comme une valeur montante du métal français, et cette première date lyonnaise est une sorte d’évènement. Ces Parisiens se revendiquent clairement comme chrétiens, ou pratiquant du « positive » métal. Pourquoi pas ?
Musicalement, BETRAYING THE MARTYRS (ou BTM pour les intimes) est clairement inspiré de toute la vague de Christian Deathcore venu des USA (AS I LAY DYING, BECOMING THE ARCHETYPE ….)
J’ai longtemps été allergique à ce groupe … L’impression que son succès a été méticuleusement préparé de façon très marketté n’est pas étranger à ma suspicion. Ainsi, avant d’avoir publié quoi que ce soit, BTM s’était fait connaitre via une émission de télé réalité pourrie sur Direct 8… Les musiciens sont gentils, bien tatoués avec de jolies mèches et de jolis minois … Bref, avec BTM, on a l’impression de parler de tout sauf de musique.
Leur premier enregistrement, le EP « The Hurt The Divine The Light », était tout simplement catastrophique … (je pèse mes mots) Après 2 écoutes, j’ai éjecté ce disque tout pourri (et par extension BTM avec) dans les abîmes de mon inconscient. J’imaginais de manière définitive.
Cependant, même si personnellement je n’ai pas accroché, le groupe a rencontré un joli succès commercial en écoulant toutes ses copies de « The Hurt The Divine The Light ». Et, BETRAYING THE MARTYRS a même fini par décrocher un superbe deal avec les labels Listenable (pour l’Europe) et Summerian (pour l’Amérique du Nord). Excusez du peu.
Récemment, au détour d’un bac d’un disquaire, je tombe sur leur 1e album complet « Breathe in Life » en prix cassé. Malgré ma réticence initiale, je tente le coup.
Bien m’en a pris, la première écoute de cet album s’est révélée une grosse surprise. BTM a énormément travaillé pour proposer un émocore certes classique mais au son incroyable. Les progrès sont énormes depuis le premier EP, et le changement de chanteur (Aaron Matts, anglais de son état, tient aujourd’hui le micro) n’y est pas étranger à mon avis.
Le Deathcore proposé par BTM est un mix très travaillé comprenant du Hardcore (beaucoup), du Death (la voix d’Aaron), Black (Dimmu souvent et surtout Behemoth). Bref, ça latte la tronche à grand coup de batte de base-ball : tout ça en vociférant des paroles louant la grandeur du Seigneur (véridique) Un seul bémol : les envolées en chant clair un peu trop larmoyantes du clavier. (C’est particulièrement horrible sur « Azalée », morceau à oublier)
Le festival MONSTERCORE est donc l’occasion de juger In Vivo des capacités de BETRAYING THE MARTYRS.
Nous arrivons sur place vers 20h00. Première surprise en arrivant sur le site : c’est blindé ! 350 personnes au bas mot remplissent ras la gueule la MJC O’TOTEM ! Très belle performance ! Autre surprise : l’extrême jeunesse du public présent. En tant que vieux routier du circuit, je me sens un peu seul. Et surtout, j’ai clairement le sentiment de rencontrer un public parallèle au public classique métalleux. Aucun visage connu à l’horizon … Par contre, une multitude de petits jeunes accompagnés de leurs mignonnes belettes.
Dernière surprise : l’enthousiasme incroyable de ce public. Littéralement déchainé et limite inconscient. J’ai notamment en tête des séances de stage-divings limite dangereuses : les poulets se mettent en danger dans la plus grande insouciance et avec un sourire désarmant.

 

AS THEY BURN
Nous pénétrons dans la salle, alors qu’AS THEY BURN attaque son concert. Tout de suite, je suis surpris par le métissage du groupe (pas si courant dans le métal extrême) : 1 asiatique, 2 arabes et 2 blacks. Etonnant et très sympathique. Les Parisiens évoluent dans un Metalcore limite Djent, hargneux et efficace. Les riffs sont de sortie … et le public se laisse emporter dans la fureur proposée. Je suis une nouvelle fois surpris par la violence « bon enfant » déployée par le public. Notamment, les jeunes se lâchent sur une chorégraphie très étrange : ils simulent une sorte de mêlée furieuse avec un adversaire invisible (poings en avant, coup de latte dans le vide …) Comme l’amplitude de leurs gestes est impressionnante, le mosh-pit est du coup énorme : il faut de la place pour tout le monde. Autre chose curieuse : le public ne pratique pas du tout le signe du métal : vous savez ? Les cornes avec les doigts. A la place, les gens brandissent leurs 2 mains en formant un triangle avec leurs pouces et leurs index ! Quelle étrange coutume … Après mûre réflexion, j’émets l’hypothèse que ce signe s’inscrit comme une antithèse des cornes diabolique : le 3e œil divin, symbole maçonnique et chrétien. D’ailleurs, ce symbole est visuellement présent sur les pochettes des disques de AS THEY BURN.
Enfin, c’est une hypothèse à vérifier.
En dehors de ces observations, AS THEY BURN nous gratifie d’un concert échevelé d’à peine 30 minutes. Le chanteur (un black frénétique revêtu d’un beau tee-shirt Behemoth) nous a livré une prestation très énervée.

 

BETRAYING THE MARTYRS
Après ce premier set rapide, le changement de plateau se fait très vite. Durant l’installation de la scène, JD et moi sommes intrigués par le set minimaliste de batterie de BTM. Ultra simpliste (3 toms) avec les cymbales à l’horizontale. Loin des standards métalliques et plus proche d’une batterie punk.
Les stars de la soirée se pointent rapidement. Et immédiatement, le son, écrasant, nous agresse. Aaron le frontman anglais est impressionnant vocalement : un véritable monstre. Entièrement tatoué (tête comprise), le gus monte régulièrement sur une plateforme pour prendre des positions christiques du meilleur effet visuel.
Par contre, entre les morceaux, il se met en retrait pour laisser le clavier s’exprimer. Le musicien a un grand sourire car manifestement, sa famille est présente dans la salle.
D’ailleurs, le contraste entre la violence de la musique et les propos tout gentillets du clavier est frappant.
Les autres membres du groupe sont plus discrets. Mais, ça ne les empêche pas d’être complètement déchainé et de se démener dans une bonne humeur qui fait plaisir à voir.
Bref, les tubes (tous issus du 1e album « Breathe in Life ») s’enchaînent devant un public qui a élevé sa frénésie de plusieurs crans (oui, oui c’est possible). Malheureusement, le concert intense est très bref (pas plus de 30 minutes). Les festivités se terminent sur un terrifiant « Because of you ». Une énorme baffe en live …
Ma première impression de BTM issu de l’écoute de leur premier EP est bien loin : sur scène, BTM défonce tout. Je songe volontiers à Behemoth pour la puissance dégagée mais dans un trip beaucoup plus frénétique.
La messe est dite.

 

THE ARRS
Après cette mandale monumentale qui en a décapité plus d’un, il me parait bien hasardeux de monter sur scène. Pourtant, THE ARRS va tenter de relever le défi.
Le groupe parisien publie son 3e album, « Soleil Noir » en ce mois d’octobre. Et logiquement, il commence son long travail de promotion.
Malheureusement, comme je le pressentais, passer sur scène en dernier pose un souci. La sauce a du mal à prendre. La musique de THE ARRS est moins « rentre dedans » et moins propice à l’éclate.
Le groupe a cependant le mérite de chanter en français et de proposer un univers sombre et cohérent. Mais, globalement, THE ARRS souffre de la comparaison avec BTM malgré tous les efforts de Nico, le chanteur.
De plus, une bonne partie du public a déserté la salle, balayée par l’ouragan BETRAYING THE MARTYRS.
A l’instar des autres sets, le concert sera très court … Ce qui n’est finalement pas plus mal vu que le public si motivé au départ semble totalement amorphe sur cette dernière prestation.
Pour conclure, une soirée découverte … limite ethnologique où je me suis frotté à un nouveau public extrêmement jeune et enthousiaste.
C’est rassurant : la relève existe dans notre beau pays. Dommage qu’elle soit cantonnée à un style bien spécifique (le Deathcore)
En cet humide samedi d’octobre, toute la fine fleur de la jeunesse lyonnaise s’est donné rendez-vous à la MJC de Rillieux la Pape, pour assister à la 3ème édition du festival MONSTERCORE. Sponsorisé par la boisson musclée, ce festival regroupe pour un samedi de fête quelques pointures de la nouvelle scène française comme THE ARRS, IN ARKADIA ou BETRAYING THE MARTYRS, au total 8 formations sont prévues.
Pour que tout le monde puisse jouer, l’ouverture des portes a été fixée à 17h00 … soit très tôt ; trop tôt pour un papa comme moi. Du coup, malgré l’intérêt de l’affiche, je dois faire des choix : j’arriverai vers 20h00 avec mon poto JD (hail Bro !) pour assister à la prestation de BETRAYING THE MARTYRS.
BETRAYING THE MARTYRS est présenté comme une valeur montante du métal français, et cette première date lyonnaise est une sorte d’évènement. Ces Parisiens se revendiquent clairement comme chrétiens, ou pratiquant du « positive » métal. Pourquoi pas ?
Musicalement, BETRAYING THE MARTYRS (ou BTM pour les intimes) est clairement inspiré de toute la vague de Christian Deathcore venu des USA (AS I LAY DYING, BECOMING THE ARCHETYPE ….)
J’ai longtemps été allergique à ce groupe … L’impression que son succès a été méticuleusement préparé de façon très marketté n’est pas étranger à ma suspicion. Ainsi, avant d’avoir publié quoi que ce soit, BTM s’était fait connaitre via une émission de télé réalité pourrie sur Direct 8… Les musiciens sont gentils, bien tatoués avec de jolies mèches et de jolis minois … Bref, avec BTM, on a l’impression de parler de tout sauf de musique.
Leur premier enregistrement, le EP « The Hurt The Divine The Light », était tout simplement catastrophique … (je pèse mes mots) Après 2 écoutes, j’ai éjecté ce disque tout pourri (et par extension BTM avec) dans les abîmes de mon inconscient. J’imaginais de manière définitive.
Cependant, même si personnellement je n’ai pas accroché, le groupe a rencontré un joli succès commercial en écoulant toutes ses copies de « The Hurt The Divine The Light ». Et, BETRAYING THE MARTYRS a même fini par décrocher un superbe deal avec les labels Listenable (pour l’Europe) et Summerian (pour l’Amérique du Nord). Excusez du peu.
Récemment, au détour d’un bac d’un disquaire, je tombe sur leur 1e album complet « Breathe in Life » en prix cassé. Malgré ma réticence initiale, je tente le coup.
Bien m’en a pris, la première écoute de cet album s’est révélée une grosse surprise. BTM a énormément travaillé pour proposer un émocore certes classique mais au son incroyable. Les progrès sont énormes depuis le premier EP, et le changement de chanteur (Aaron Matts, anglais de son état, tient aujourd’hui le micro) n’y est pas étranger à mon avis.
Le Deathcore proposé par BTM est un mix très travaillé comprenant du Hardcore (beaucoup), du Death (la voix d’Aaron), Black (Dimmu souvent et surtout Behemoth). Bref, ça latte la tronche à grand coup de batte de base-ball : tout ça en vociférant des paroles louant la grandeur du Seigneur (véridique) Un seul bémol : les envolées en chant clair un peu trop larmoyantes du clavier. (C’est particulièrement horrible sur « Azalée », morceau à oublier)
Le festival MONSTERCORE est donc l’occasion de juger In Vivo des capacités de BETRAYING THE MARTYRS.
Nous arrivons sur place vers 20h00. Première surprise en arrivant sur le site : c’est blindé ! 350 personnes au bas mot remplissent ras la gueule la MJC O’TOTEM ! Très belle performance ! Autre surprise : l’extrême jeunesse du public présent. En tant que vieux routier du circuit, je me sens un peu seul. Et surtout, j’ai clairement le sentiment de rencontrer un public parallèle au public classique métalleux.  Aucun visage connu à l’horizon … Par contre, une multitude de petits jeunes accompagnés de leurs mignonnes belettes.
Dernière surprise : l’enthousiasme incroyable de ce public. Littéralement déchainé et limite inconscient. J’ai notamment en tête des séances de stage-divings limite dangereuses : les poulets se mettent en danger dans la plus grande insouciance et avec un sourire désarmant.
AS THEY BURN
Nous pénétrons dans la salle, alors qu’AS THEY BURN attaque son concert. Tout de suite, je suis surpris par le métissage du groupe (pas si courant dans le métal extrême) : 1 asiatique, 2 arabes et 2 blacks. Etonnant et très sympathique. Les Parisiens évoluent dans un Metalcore limite Djent, hargneux et efficace. Les riffs sont de sortie … et le public se laisse emporter dans la fureur proposée. Je suis une nouvelle fois surpris par la violence « bon enfant » déployée par le public. Notamment, les jeunes se lâchent sur une chorégraphie très étrange : ils simulent une sorte de mêlée furieuse avec un adversaire invisible (poings en avant, coup de latte dans le vide …) Comme l’amplitude de leurs gestes est impressionnante, le mosh-pit est du coup énorme : il faut de la place pour tout le monde. Autre chose curieuse : le public ne pratique pas du tout le signe du métal : vous savez ? Les cornes avec les doigts. A la place, les gens brandissent leurs 2 mains en formant un triangle avec leurs pouces et leurs index ! Quelle étrange coutume … Après mûre réflexion, j’émets l’hypothèse que ce signe s’inscrit comme une antithèse des cornes diabolique : le 3e œil divin, symbole maçonnique et chrétien. D’ailleurs, ce symbole est visuellement présent sur les pochettes des disques de AS THEY BURN.
Enfin, c’est une hypothèse à vérifier.
En dehors de ces observations, AS THEY BURN nous gratifie d’un concert échevelé d’à peine 30 minutes. Le chanteur (un black frénétique revêtu d’un beau tee-shirt Behemoth) nous a livré une prestation très énervée.
BETRAYING THE MARTYRS
Après ce premier set rapide, le changement de plateau se fait très vite. Durant l’installation de la scène, JD et moi sommes intrigués par le set minimaliste de batterie de BTM. Ultra simpliste (3 toms)  avec les cymbales à l’horizontale. Loin des standards métalliques et plus proche d’une batterie punk.
Les stars de la soirée se pointent rapidement. Et immédiatement, le son, écrasant, nous agresse. Aaron le frontman anglais est impressionnant vocalement : un véritable monstre. Entièrement tatoué (tête comprise), le gus monte régulièrement sur une plateforme pour prendre des positions christiques du meilleur effet visuel.
Par contre, entre les morceaux, il se met en retrait pour laisser le clavier s’exprimer. Le musicien a un grand sourire car manifestement, sa famille est présente dans la salle.
D’ailleurs, le contraste entre la violence de la musique et les propos tout gentillets du clavier est frappant.
Les autres membres du groupe sont plus discrets. Mais, ça ne les empêche pas d’être complètement déchainé et de se démener dans une bonne humeur qui fait plaisir à voir.
Bref, les tubes (tous issus du 1e album « Breathe in Life ») s’enchaînent devant un public qui a élevé sa frénésie de plusieurs crans (oui, oui c’est possible). Malheureusement, le concert intense est très bref (pas plus de 30 minutes). Les festivités se terminent sur un terrifiant « Because of you ». Une énorme baffe en live …
Ma première impression de BTM issu de l’écoute de leur premier EP est bien  loin : sur scène, BTM défonce tout. Je songe volontiers à Behemoth pour la puissance dégagée mais dans un trip beaucoup plus frénétique.
La messe est dite.
THE ARRS
Après cette mandale monumentale qui en a décapité plus d’un, il me parait bien hasardeux de monter sur scène. Pourtant, THE ARRS va tenter de relever le défi.
Le groupe parisien publie son 3e album, « Soleil Noir » en ce mois d’octobre. Et logiquement, il commence son long travail de  promotion.
Malheureusement, comme je le pressentais, passer sur scène en dernier pose un souci. La sauce a du mal à prendre.  La musique de THE ARRS est moins « rentre dedans » et moins propice à l’éclate.
Le groupe a cependant le mérite de chanter en français et de proposer un univers sombre et cohérent. Mais, globalement, THE ARRS souffre de la comparaison avec BTM malgré tous les efforts de Nico, le chanteur.
De plus, une bonne partie du public a déserté la salle,  balayée par l’ouragan BETRAYING THE MARTYRS.
A l’instar des autres sets, le concert sera très court … Ce qui n’est finalement pas plus mal vu que le public si motivé au départ semble totalement amorphe sur cette dernière prestation.
Pour conclure, une soirée découverte … limite ethnologique où je me suis frotté à un nouveau public extrêmement jeune et enthousiaste.
C’est rassurant : la relève existe dans notre beau pays. Dommage qu’elle soit cantonnée à un style bien spécifique (le Deathcore)En cet humide samedi d’octobre, toute la fine fleur de la jeunesse lyonnaise s’est donné rendez-vous à la MJC de Rillieux la Pape, pour assister à la 3ème édition du festival MONSTERCORE. Sponsorisé par la boisson musclée, ce festival regroupe pour un samedi de fête quelques pointures de la nouvelle scène française comme THE ARRS, IN ARKADIA ou BETRAYING THE MARTYRS, au total 8 formations sont prévues.

 

Pour que tout le monde puisse jouer, l’ouverture des portes a été fixée à 17h00 … soit très tôt ; trop tôt pour un papa comme moi. Du coup, malgré l’intérêt de l’affiche, je dois faire des choix : j’arriverai vers 20h00 avec mon poto JD (hail Bro !) pour assister à la prestation de BETRAYING THE MARTYRS.

 

BETRAYING THE MARTYRS est présenté comme une valeur montante du métal français, et cette première date lyonnaise est une sorte d’évènement. Ces Parisiens se revendiquent clairement comme chrétiens, ou pratiquant du « positive » métal. Pourquoi pas ?

 

Musicalement, BETRAYING THE MARTYRS (ou BTM pour les intimes) est clairement inspiré de toute la vague de Christian Deathcore venu des USA (AS I LAY DYING, BECOMING THE ARCHETYPE ….)

 

J’ai longtemps été allergique à ce groupe … L’impression que son succès a été méticuleusement préparé de façon très marketté n’est pas étranger à ma suspicion. Ainsi, avant d’avoir publié quoi que ce soit, BTM s’était fait connaitre via une émission de télé réalité pourrie sur Direct 8… Les musiciens sont gentils, bien tatoués avec de jolies mèches et de jolis minois … Bref, avec BTM, on a l’impression de parler de tout sauf de musique.

 

Leur premier enregistrement, le EP « The Hurt The Divine The Light », était tout simplement catastrophique … (je pèse mes mots) Après 2 écoutes, j’ai éjecté ce disque tout pourri (et par extension BTM avec) dans les abîmes de mon inconscient. J’imaginais de manière définitive.

 

Cependant, même si personnellement je n’ai pas accroché, le groupe a rencontré un joli succès commercial en écoulant toutes ses copies de « The Hurt The Divine The Light ». Et, BETRAYING THE MARTYRS a même fini par décrocher un superbe deal avec les labels Listenable (pour l’Europe) et Summerian (pour l’Amérique du Nord). Excusez du peu.

 

Récemment, au détour d’un bac d’un disquaire, je tombe sur leur 1e album complet « Breathe in Life » en prix cassé. Malgré ma réticence initiale, je tente le coup.

 

Bien m’en a pris, la première écoute de cet album s’est révélée une grosse surprise. BTM a énormément travaillé pour proposer un émocore certes classique mais au son incroyable. Les progrès sont énormes depuis le premier EP, et le changement de chanteur (Aaron Matts, anglais de son état, tient aujourd’hui le micro) n’y est pas étranger à mon avis.

 

Le Deathcore proposé par BTM est un mix très travaillé comprenant du Hardcore (beaucoup), du Death (la voix d’Aaron), Black (Dimmu souvent et surtout Behemoth). Bref, ça latte la tronche à grand coup de batte de base-ball : tout ça en vociférant des paroles louant la grandeur du Seigneur (véridique) Un seul bémol : les envolées en chant clair un peu trop larmoyantes du clavier. (C’est particulièrement horrible sur « Azalée », morceau à oublier)

 

Le festival MONSTERCORE est donc l’occasion de juger In Vivo des capacités de BETRAYING THE MARTYRS.

 

Nous arrivons sur place vers 20h00. Première surprise en arrivant sur le site : c’est blindé ! 350 personnes au bas mot remplissent ras la gueule la MJC O’TOTEM ! Très belle performance ! Autre surprise : l’extrême jeunesse du public présent. En tant que vieux routier du circuit, je me sens un peu seul. Et surtout, j’ai clairement le sentiment de rencontrer un public parallèle au public classique métalleux. Aucun visage connu à l’horizon … Par contre, une multitude de petits jeunes accompagnés de leurs mignonnes belettes.

 

Dernière surprise : l’enthousiasme incroyable de ce public. Littéralement déchainé et limite inconscient. J’ai notamment en tête des séances de stage-divings limite dangereuses : les poulets se mettent en danger dans la plus grande insouciance et avec un sourire désarmant.

 

AS THEY BURN

 

Nous pénétrons dans la salle, alors qu’AS THEY BURN attaque son concert. Tout de suite, je suis surpris par le métissage du groupe (pas si courant dans le métal extrême) : 1 asiatique, 2 arabes et 2 blacks. Etonnant et très sympathique. Les Parisiens évoluent dans un Metalcore limite Djent, hargneux et efficace. Les riffs sont de sortie … et le public se laisse emporter dans la fureur proposée. Je suis une nouvelle fois surpris par la violence « bon enfant » déployée par le public. Notamment, les jeunes se lâchent sur une chorégraphie très étrange : ils simulent une sorte de mêlée furieuse avec un adversaire invisible (poings en avant, coup de latte dans le vide …) Comme l’amplitude de leurs gestes est impressionnante, le mosh-pit est du coup énorme : il faut de la place pour tout le monde. Autre chose curieuse : le public ne pratique pas du tout le signe du métal : vous savez ? Les cornes avec les doigts. A la place, les gens brandissent leurs 2 mains en formant un triangle avec leurs pouces et leurs index ! Quelle étrange coutume … Après mûre réflexion, j’émets l’hypothèse que ce signe s’inscrit comme une antithèse des cornes diabolique : le 3e œil divin, symbole maçonnique et chrétien. D’ailleurs, ce symbole est visuellement présent sur les pochettes des disques de AS THEY BURN.

 

Enfin, c’est une hypothèse à vérifier.

 

En dehors de ces observations, AS THEY BURN nous gratifie d’un concert échevelé d’à peine 30 minutes. Le chanteur (un black frénétique revêtu d’un beau tee-shirt Behemoth) nous a livré une prestation très énervée.

 

BETRAYING THE MARTYRS

 

Après ce premier set rapide, le changement de plateau se fait très vite. Durant l’installation de la scène, JD et moi sommes intrigués par le set minimaliste de batterie de BTM. Ultra simpliste (3 toms) avec les cymbales à l’horizontale. Loin des standards métalliques et plus proche d’une batterie punk.

 

Les stars de la soirée se pointent rapidement. Et immédiatement, le son, écrasant, nous agresse. Aaron le frontman anglais est impressionnant vocalement : un véritable monstre. Entièrement tatoué (tête comprise), le gus monte régulièrement sur une plateforme pour prendre des positions christiques du meilleur effet visuel.

 

Par contre, entre les morceaux, il se met en retrait pour laisser le clavier s’exprimer. Le musicien a un grand sourire car manifestement, sa famille est présente dans la salle.

 

D’ailleurs, le contraste entre la violence de la musique et les propos tout gentillets du clavier est frappant.

 

Les autres membres du groupe sont plus discrets. Mais, ça ne les empêche pas d’être complètement déchainé et de se démener dans une bonne humeur qui fait plaisir à voir.

 

Bref, les tubes (tous issus du 1e album « Breathe in Life ») s’enchaînent devant un public qui a élevé sa frénésie de plusieurs crans (oui, oui c’est possible). Malheureusement, le concert intense est très bref (pas plus de 30 minutes). Les festivités se terminent sur un terrifiant « Because of you ». Une énorme baffe en live …

 

Ma première impression de BTM issu de l’écoute de leur premier EP est bien loin : sur scène, BTM défonce tout. Je songe volontiers à Behemoth pour la puissance dégagée mais dans un trip beaucoup plus frénétique.

 

La messe est dite.

 

THE ARRS

 

Après cette mandale monumentale qui en a décapité plus d’un, il me parait bien hasardeux de monter sur scène. Pourtant, THE ARRS va tenter de relever le défi.

 

Le groupe parisien publie son 3e album, « Soleil Noir » en ce mois d’octobre. Et logiquement, il commence son long travail de promotion.

 

Malheureusement, comme je le pressentais, passer sur scène en dernier pose un souci. La sauce a du mal à prendre. La musique de THE ARRS est moins « rentre dedans » et moins propice à l’éclate.

 

Le groupe a cependant le mérite de chanter en français et de proposer un univers sombre et cohérent. Mais, globalement, THE ARRS souffre de la comparaison avec BTM malgré tous les efforts de Nico, le chanteur.

 

De plus, une bonne partie du public a déserté la salle, balayée par l’ouragan BETRAYING THE MARTYRS.

 

A l’instar des autres sets, le concert sera très court … Ce qui n’est finalement pas plus mal vu que le public si motivé au départ semble totalement amorphe sur cette dernière prestation.

 

Pour conclure, une soirée découverte … limite ethnologique où je me suis frotté à un nouveau public extrêmement jeune et enthousiaste.

 

C’est rassurant : la relève existe dans notre beau pays. Dommage qu’elle soit cantonnée à un style bien spécifique (le Deathcore)

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.