CIRCLE II CIRCLE, samedi 1er juin 2013, Amperage, Grenoble

Par Raph

Alors que nous entamons les derniers jours qui doivent nous mener jusqu’à l’été, il semblerait que le temps soit devenu fou. Depuis des semaines, la pluie ne cesse tomber en Rhône-Alpes et sur la France entière. Et forcement, devant ce déchainement des éléments, le moral est en berne. C’est bien simple, on a plus l’impression d’être à la Toussaint qu’à la veille de l’été.

Heureusement, pour pallier ce manque criant de soleil et de sourires, quelques artistes étrangers ont décidé de braver la pluie, en venant visiter nos contrées humides et froides.

Aujourd’hui, c’est même un véritable événement. En effet, pour le plus grand bonheur des fans, les Américains de CIRCLE II CIRCLE (ou le groupe de ZAK STEVENS, ex-chanteur de SAVATAGE) ont décidé de poser leurs valises à Grenoble. CIRCLE II CIRCLE est typiquement le genre de formation que je n’aurais jamais espérer croiser dans de telles conditions (pour résumer, hors du cadre d’un festival et surtout dans une salle intimiste située quasiment à la maison).

20 ans après la sortie de « Edge of Thorns » de SAVATAGE, le père ZAK STEVENS s’est lancé avec sa troupe dans un long périple européen pour interpréter l’intégralité de cet album culte. En 1993, ZAK STEVENS chantait sur ce disque. Et même si je ne suis pas un immense fan de SAVATAGE, je dois reconnaitre que « Edge of Thorns » fait partie des disques que j’ai pas mal écouté à l’époque, du coup, cette tournée commémorative me séduit.

Néanmoins, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la pertinence de ce choix : jouer un album vieux de 20 ans d’un groupe qui n’existe plus, alors que son propre gang vient de sortie une petite bombe, « Seasons will fall » n’est-il pas le signe d’une santé peu glorieuse ? Bizarre ! Il est vrai que ZAK STEVENS ne s’est jamais caché pour dire qu’il espérait reformer un jour SAVATAGE mais tout de même … Curieux de ne pas plus défendre son dernier bébé notamment sur scène, d’autant que celui-ci est vraiment réussi.

Sur cette tournée qui sillonne toute l’Europe, la première partie est assurée par les vétérans grenoblois de NIGHTMARE, à l’exception notable de la date qui nous concerne. Pour cette date à domicile, les 2 groupes ont échangé leur position et ainsi NIGHTMARE prend la tête d’affiche.

En compagnie du Grand Timonier, Laurent, nous prenons la route en cette fin d’après-midi : direction Grenoble et la petite salle de l’AMPERAGE. Des nuages menaçants et une pluie fine nous accompagnent.

ELECTRIC SHOCK

Malgré notre arrivée tardive sur le site, les premières parties annoncées n’ont pas encore commencé à jouer. Du coup, nous assistons, atterrés, à la prestation des locaux d’ELECTRIC SHOCK. Je vais me permettre de passer un coup de gueule (pour une fois). Comment ce genre de groupe a pu se retrouver sur cette affiche ? Car il faut être clair, cette bande de copains n’a strictement rien à faire ici. Même s’ils jouent honnêtement et avec énergie, ces musiciens doivent encore largement faire leurs armes. En commençant par exemple, par écumer les bars ou les fêtes de lycée. Même si le groupe a parsemé sa set-liste de quelques reprises bien senties (MANOWAR, JUDAS PRIEST, AC/DC) le reste du concert ronronne trop. C’est plat et approximatif, malgré toute la bonne volonté affichée. Bref, on s’ennuie ferme …

Au contraire, les musiciens d’ELECTRIC SHOCK arborent de grands sourires et semblent vouloir profiter un maximum de cette opportunité de se produire à l’AMPERAGE. Vêtu de sa belle veste à patchs, le colossal chanteur s’en sort vocalement pas trop mal. Cependant, il semble un peu gêné par sa grande carcasse et le faible espace réservé à ELECTRIC SHOCK. 30 minutes sans grand intérêt pour le spectateur lambda tel que moi …

ETERNAL FLIGHT

Quelques minutes plus tard, c’est au tour d’ETERNAL FLIGHT de prendre les planches d’assaut. Dès les premières notes, on peut constater avec soulagement que le niveau s’est drastiquement élevé par rapport à ELECTRIC SHOCK. En gros, si j’osais une comparaison footballistique, on passe de la CFA 2 à la L1 Orange. Mené au chant par Gérald Foix, ex-DREAM CHILD, le groupe savoyard propose un Power Heavy Métal mélodique bien burné, mais malheureusement, sans grande originalité. Musicalement, ETERNAL FLIGHT est bien en place, avec notamment 2 guitaristes qui dépotent. Cependant, les premiers morceaux me semblent particulièrement répétitifs, notamment « All we are ». Le public grenoblois qui a bien remplit l’AMPERAGE semble en avoir cure et prend un maximum de plaisir. Juste devant la scène, il est même littéralement déchainé, enchaînant pogo sur pogo ….

Malgré l’enthousiasme affichée par tour ce petit monde, je lâche rapidement l’affaire pour filer dehors, papoter avec les copains (Hail Missa Missa ! Hail Fully !)

CIRCLE II CIRCLE

Après 2 heures d’attente et de premières parties un brin poussives, il est temps de passer aux choses sérieuses, avec les CIRCLE II CIRCLE. Ayant fait le déplacement spécialement pour eux, il s’agit de ne rien louper de leur prestation. D’autant plus que comme l’album « Edge of Thorns » va être interprété dans l’ordre, il est hors de question de manquer l’introduction du premier morceau avec sa merveilleuse montée en puissance.

Les musiciens prennent position sur scène en haranguant le public, qui n’attend que le début des hostilités pour complètement dégoupiller. Et, les premières notes de clavier finissent par résonner à travers l’AMPERAGE, finissant de monter l’excitation de plusieurs crans …

Après cette introduction soignée, ZAK STEVENS montre enfin le bout de son nez et lâche ses vocaux. Le leader de CIRCLE II CIRCLE a une classe folle, chantant comme un dieu, arrivant à jouer avec sa voix de manière incroyable. Musicalement, les musiciens entourant le maître ne sont pas en reste ! Notamment, les 2 guitaristes qui rivalisent de talents sur les nombreux soli qui parsèment « Edge of Thorns ».

Un des guitaristes se distinguent par son look totalement décalé de poseur tout droit issu de Californie. Le mec large comme un buffle (on sent les heures passées en salle à soulever de la fonte) est revêtu d’un tout petit tee-shirt déchiré qui lui colle à la peau. Et forcement, il ne met pas longtemps à le tomber pour exhiber ses gros pectoraux. Quel poseur ! Sa panoplie est complétée par le petit vernis à ongle qui va bien. On en rigole encore … Heureusement, à côté de ça, il faut reconnaitre qu’il enchaine ses parties de guitare avec brio.

Niveau set-liste, il n’y a pas de surprise et on retrouve tous les tubes d’ « Edge of Thorns » : le fabuleux « Damien », la très métallique « Conversation Pieces », ma préférée « Miles away » … Mais, on retrouve aussi toutes les (relatives) faiblesses du disque, notamment « Sleep » et « Exit Music ». Mais globalement, tout le disque est magnifié par cette interprétation live. Les morceaux sont plus rentre-dedans et plus énergiques. Le son particulièrement puissant rend vraiment hommage aux compositions originales de SAVATAGE, datées de plus de 20 ans.

A ce titre, le début de la prestation est tonitruant, l’enchainement « Edge of Thorns » / « He carves his stone » / « Lights Out » est dantesque avec cette nouvelle puissance. On écarquille les yeux de bonheur en redécouvrant ces morceaux en Live.

Au bout de quasiment une heure, la performance de CIRCLE II CIRCLE s’achève sur la traditionnelle ballade « Sleep », où ZAK STEVENS fait étalage de toute sa maitrise.

Après cette baffe qui nous laisse pantois, le groupe revient pour nous jouer un vrai morceau de CIRCLE II CIRCLE. Je m’attendais à « Diamond Blade », extrait de l’excellent « Seasons will fall », dernier album de la bande de ZAK, mais c’est finalement la plus progressive et plus longue « Epiphany » qui est exécutée. Pour notre plus grand plaisir.

En conclusion, ce concert a été l’occasion de redécouvrir un disque magnifique, interprété par des musiciens talentueux et surtout un ZAK STEVENS incroyablement charismatique.

Setlist CIRCLE II CIRCLE – 1e juin 2013:
1. Edge Of Thorns (Savatage cover)
2. He Carves His Stone (Savatage cover)
3. Lights Out (Savatage cover)
4. Skraggy’s Tomb (Savatage cover)
5. Labyrinths (Savatage cover)
6. Follow Me (Savatage cover)
7. Exit Music (Savatage cover)
8. Degrees Of Sanity (Savatage cover)
9. Conversation Piece (Savatage cover)
10. All That I Bleed (Savatage cover)
11. Damien (Savatage cover)
12. Miles Away (Savatage cover)
13. Sleep (Savatage cover)
——————-
14. Epiphany

NIGHTMARE

Après cette leçon administrée par CIRCLE II CIRCLE, la relève me paraissait bien compliquée à assurer. Mais, NIGHTMARE ne s’est pas posé de question et a su se montrer à la hauteur. D’entrée, les Grenoblois prennent l’audience à la gorge avec des morceaux tranchants. Après l’émotion dégagée par les Américains, NIGHTMARE mise tout sur l’efficacité et l’énergie.

Vu les sourires affichés par les musiciens, le groupe semble ravi de faire la fête à domicile. Notamment, JO AMORE le chanteur attitré du gang fait preuve d’une belle aisance sur scène. Au milieu du set, il lâchera « Je vois tellement de potes ici ce soir, que j’ai l’impression de jouer dans mon salon ».

Cela fait plus de 30 ans, que NIGHTMARE nous abreuve de son power heavy-metal agressif. JO et le bassiste (les 2 derniers membres d’origine) ont su s’entourer de jeunes gâchettes aux dents longues pour franchir toutes ces années. Ainsi, la paire de guitaristes est excellente de facilité : c’est ainsi une tornade de notes qui s’abat sur le public déchainé de l’AMPERAGE.

Niveau set-liste: NIGHTMARE pioche en majorité dans sa dernière offrande : « The Burden of God ».

La fête se termine sur la traditionnelle reprise de « Heaven and Hell » de BLACK SABBATH. JO AMORE dédie ce morceau à feu RONNIE JAMES DIO. C’est l’occasion de voir débouler sur scène tous les membres des groupes ayant joué ce soir. On voit notamment débarquer un ZAK STEVENS rond comme une queue de pelle. Tout ce petit monde massacre joyeusement le chef d’œuvre de BLACK SABBATH. M’enfin, l’essentiel est ailleurs …

Set-liste NIGHTMARE – 1e juin 2013
1. The Preacher
2. Wicked White Demon
3. The Burden Of God
4. Corridors Of Knowledge
5. Eternal Winter
6. A Thrill Of Death
7. Sunrise In Hell
8. Cosmovision
9. Children Of The Nation
10. Trust A Crowd
11. Shattered Hearts
12. The Gospel Of Judas
13. Crimson Empire
——————-
14. The Doomsday Prediction
15. Heaven And Hell (Black Sabbath cover)

Pour conclure, cette soirée fut une vraie fiesta, qui nous a permis d’oublier le temps exécrable de ce début du mois de juin mais qui aurait cependant gagné à être plus concise.

Merci à l’association PSYCHO CIRCLE d’avoir eu le cran de monter cette date. Avec une salle de l’AMPERAGE affichant quasiment complet (250 personnes au bas mot, soit la meilleure affluence de la tournée) je crois que le pari est réussi.

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.