ORANGE GOBLIN, lundi 17 juin 2013, Amperage, Grenoble

Par Raph

ORANGE GOBLIN fait partie des groupes dont le nom a longtemps titillé mes oreilles.
Formés depuis la fin des années 90, les Anglais avec leurs Stoner rock graisseux n’avaient pas réussi à intégrer le sérail de mes groupes fétiches.

Leurs albums « Coup De Grace » et « Healing Through Fire » avaient un moment fréquenté mon mange-disque, mais sans s’y établir durablement.

Mais les choses ont changé au début de l’année 2011. A cette date, ORANGE GOBLIN frappe un très gros coup avec son 7e album, « A Eulogy for the Damned ». Pépite de Stoner burné, le disque est bourré de tueries énergiques avec des mélodies imparables et des moments grandioses. Ben WARD et son gang ont réussi un véritable coup de maître. Un des disques de l’année assurément.

Les prestations d’ORANGE GOBLIN étant rarissimes, surtout en France, j’attendais leur prestation au Hellfest 2012 avec impatience. Las ! Programmé sous la tente dédiée au Stoner et baptisée TEMPLE, je suis pris de court par la popularité du groupe que je n’avais pas anticipé. En effet, la tente déborde littéralement de monde: impossible d’approcher à moins de 300 mètres.

C’est la mort dans l’âme que j’assiste à la prestation d’ORANGE GOBLIN, sans rien voir et sans rien entendre, noyé dans la masse des gens déçus et exclus de la tente !

Et bien entendu, de très loin, le concert semble être une tuerie ! Constat corroboré par les interviews lues après le Hellfest, le groupe fut subjugué par l’accueil reçu durant le festival. Le grand Timonier Laurent, mon acolyte de NOISE POLLUTION ne se prive d’ailleurs pas pour en rajouter des caisses, lui ayant fait partie des privilégiés admis sous la TEMPLE. Grrrrr !!!

Moi aussi, un jour je l’aurais mon concert d’ORANGE GOBLIN !

Ainsi peu de temps avoir démoli le Hellfest, ORANGE GOBLIN tente le pari de passer pro. Les 4 membres ont décidé de consacrer tout leur temps à leur groupe, laissant tomber leurs emplois alimentaires respectifs. Dans la foulée, une superbe tournée française est programmée avec notamment une date à ….. Grenoble !! Yeahh !

Flyer tournée

Les Dieux ont entendu ma requête: ainsi, un an quasiment jour pour jour après le Hellfest, j’ai droit à mon concert d’ORANGE GOBLIN à la maison.

Donc, 15 jours après la prestation de CIRCLE II CIRCLE, me voici de retour dans la salle de l’AMPERAGE de Grenoble ! Alors que l’offre de concerts intéressants sur Lyon tend à se tarir, il est agréable de voir que d’autres villes limitrophes prennent le relais.

2 premières parties sont programmées avant l’arrivée d’ORANGE GOBLIN.

EIGHT SINS

C’est sur les coups de 21h que le premier groupe monte sur scène: EIGHT SINS, groupe isèrois. L’horaire laisse présager une fin de soirée bien tardive, mais tant pis, ne boudons pas notre plaisir.

Malheureusement après les premières parties soporifiques de CIRCLE II CIRCLE, voici la première partie d’ORANGE GOBLIN sans intérêt. Cela doit être une spécificité liée à l’AMPERAGE, les premières parties à éviter…

Cependant, mon jugement est très sévère, car EIGHT SINS est vraiment en place et très incisif. Sauf que proposer du Hardcore Metal agressif à un public venu voir du Stoner Rock, c’est juste friser l’erreur de casting.

Saisissant l’opportunité qui leur est offerte, les musiciens de EIGHT SINS ne ménagent pas leurs efforts: ça envoie du copeau par paquet de 12 ! Sur scène, les gars se font plaisir. Manifestement, leur fan-base s’est déplacée en masse car le public à l’air de s’éclater sur les brûlots incandescents. Tout du moins dans les premiers rangs.

Même si c’est bien exécuté et entraînant, les morceaux manquent de subtilités pour mes chastes oreilles: vous me direz que c’est le propre du style. M’enfin, là, je suis peu réceptif.

En tout cas, à cette heure déjà tardive, accorder 45 minutes à EIGHT SINS me parait un brin déplacé. Je finis dehors à prendre une grande bouffée d’air frais alors que la température monte petit à petit dans la salle.

FLAYED

Après cette entrée en matière plutôt violente, le style de FLAYED, la 2e première partie, se rapproche plus de celui de la tête d’affiche.

En effet, FLAYED propose un heavy rock bluesy, très séminal, et franchement plaisant. Les morceaux sont agrémentés de touches de claviers très typées du meilleur effet. Les musiciens ont réussi à mélanger toutes les influences dans un melting-pot savoureux et même franchement jouissif.

Sur scène, le groupe s’appuie notamment sur 2 olibrius issus de l’excellent (et je pèse mes mots) combo lyonnais GOD DAMN: le bassiste et le chanteur.

Sans doute aguerri par son expérience au sein de GOD DAMN, le chanteur Renat’ peut s’appuyer sur sa capacité rare de maintenir un auditoire en haleine. Comme de plus, le groupe est terriblement en place, très pro même si a priori, il s’agit d’un de leur premiers concerts. Mais, à les voir, tous les musiciens doivent être tous de vieux pistoleros habitués de trainer leurs guêtres sur toutes les scènes de France et de Navarre. Pour résumer, tout est présent pour assister à la naissance d’une excellente formation qui j’espère arrivera à se faire sa place.

Pour ce soir, leur performance est une franche réussite: le public tombe sous le charme de FLAYED et tout le monde passe un agréable moment! Sauf que la température a du coup pris encore quelques degrés.

ORANGE GOBLIN

Un back-drop noir aux couleurs de ORANGE GOBLIN (et de Jagermeister, la boisson au bon gout de fruits (sic)) a été déployé.

orange golbin 2

23h00: il est enfin temps qu’ORANGE GOBLIN prenne d’assaut les planches de l’AMPERAGE. Horaire très tardif, surtout en semaine, mais peu importe la fatigue, les héros vont tout atomiser ce soir.

Toutes les lumières de la salle s’éteignent d’un coup et la sono se met à cracher une petite ritournelle d’introduction entêtante et médiévale, limite incantatoire. Déjà impatient, le public est maintenant chauffé à blanc. Dans le noir, les musiciens prennent place sous les vivas !

Mais quand BEN WARD, chanteur, pose les pieds sur scène ça tourne à l’hystérie collective!
– « Bonsoir Grenoble ! Ça va ? We are ORANGE GOBLIN from London, England ! We gonna play some Heavy Metal ! Let’s go fuckin’ crazyyyy !!!! »

Immédiatement, les premières notes de « Ride Tide Rising » résonnent ! Le morceau qui ouvre le terrible « A Eulogy for the Damned » est aussi celui choisi par le groupe pour entamer son show. Les fans deviennent complétement fous: juste devant la scène, les pogos s’enchainent ! La petite salle de l’AMPERAGE étant sold-out, c’est plus de 250 trublions qui s’agitent frénétiquement.

La guitare est grasse, la basse ronde et la batterie lourde à souhait ! Et bien sûr, BEN WARD pose ses vocaux de titan pour parfaire cette parfaite alchimie musicale. L’association des 4 musiciens est purement irrésistible… ça bangue de partout.

Avec sa boucle de ceinture STAR WARS et son tee-shirt zombiesque, je ne suis pas loin de penser que le colossal Ben WARD est un sacré geek. Le gus doit mesurer pas loin de 2 mètres. Son pied de micro est au diapason: monumental. Et comme, il chante un peu comme Lemmy de Motorhead, avec la tête en arrière, le micro au dessus de sa tête, le chanteur domine la salle de toute sa hauteur. Très impressionnant.

A l’issue de ce premier morceau dantesque, la température au sein de l’AMPERAGE est devenu quasiment tropicale. ORANGE GOBLIN et son stoner tranchant fédèrent plusieurs types de publics: les fans barbus de Stoner/Sludge bien sûr, mais aussi les aficionados de Heavy avec cette rythmique accrocheuse et les adeptes de musiques plus brutales. En effet, le groupe a le bon gout de saupoudrer sa musique de quelques touches d’extrême tout à fait réjouissantes (notamment sur les vocaux).

En tout cas, les Londoniens semblent surpris par l’accueil délirant qui leur est réservé. La suite ne fait pas retomber la pression. Les morceaux s’enchainent sans temps mort: le groupe s’attarde particulièrement sur leur excellent dernier disque: « A Eulogy for the Damned » en en jouant pas moins de 5 extraits.

Orange goblin 1

Je constate que le groupe possède en Ben WARD, un leader charismatique avec une aura folle. Usant de son physique hors du commun et de son talent vocal, le gars en impose et le public lui mange dans la main.
Il magnétise tellement les regards qu’on en oublie presque les 3 autres musiciens qui l’accompagnent.
Notamment, Martyn MILLARD qui, à la basse réalise un travail d’orfèvre tout en groove et en touché: incroyable de bonheur!

Entre 2 morceaux, Ben WARD lâche un « We are here to celebrate Heavy Metal, Beer and Tits ! » qui fait son petit effet. Au bout de 1 heure 20 de plaisir, cette parenthèse enchantée se referme. ORANGE GOBLIN nous aura proposé un concert fabuleux dans la chaleur grenobloise.

Je ne sais pas si ORANGE GOBLIN réussira son coup de poker de passer pro, mais s’il continue à blinder les salles en proposant des lives de cette qualité, je ne suis pas inquiet pour la suite des événements.

Ayé c’est officiel : après cette leçon de Rock n’Roll, je suis chaud pour le Hellfest …. dans 4 jours !!!

P.S : Merci à Sandie pour les clichés (http://noodlephotos.weebly.com/eight-sins–flayed–orange-goblin.htm)

Set-Liste ORANGE GOBLIN – 17 juin 2013
01. Red Tide Rising
02. The Man Who Invented Time
03. Saruman’s Wish
04. Acid Trial
05. Some You Win, Some You Lose
06. The Filthy & the Few
07. Cozmo Bozo
08. The Fog
09. Made of Rats
10. Stand for Something
11. Blue Snow
12. Your World Will Hate This
13. They Come Back (Harvest of Skulls)
————————————–
14. Time Travelling Blues
15. Quincy the Pigboy
16. Scorpionica

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.