SKELETONWITCH, jeudi 23 avril 2015, MjC O’Totem, Rillieux-la-Pape par Raph

2 jours après une prestation passionnée des RED FANG, me voici déjà de retour dans une salle obscure pour une nouvelle date organisée par les copines de « Sounds Like Hell ». L’organisation fait feu de tout bois en multipliant les concerts de qualité dans la région ! Et encore, hier soir, elles organisaient le passage des maitres du bayou EYEHATEGOD dans cette même salle de la MJC O’Totem. Bon, j’avoue : sur ce concert là, j’ai fait l’impasse. En effet, EYEHATEGOD est programmé au Hellfest à un horaire raisonnable, je me rattraperai à cette occasion-là.

La date de ce soir est évènementielle car l’affiche est composée de 3 groupes américains rares : MORTALS, GOATWHORE et SKELETONWITCH. Comme souvent, j’arrive quelque peu en retard sur place. Je vous assure pourtant que j’essaie de faire au plus vite. En arrivant aux abords de la salle, je suis frappé par la quiétude de l’endroit. C’est calme, trop calme. Un concert se tient-il bien aujourd’hui ou je me suis trompé de date ? Non, c’est plus simple que ça : peu de metalheads se sont déplacés ce soir. Est-ce la multiplicité des concerts en cette période printanière ou le manque de popularité (relative) de ces formations américaines ? Mais quoiqu’il en soit, malgré les efforts de promotion, la MJC O’Totem sonne particulièrement creuse. A vue de nez, à peine une soixantaine de personne a fait le déplacement. Triste.

Nonobstant la qualité des groupes, il aurait peut-être fallu ajouter une formation locale un minimum établie pour s’assurer la présence supplémentaire de quelques passionnés ? C’est une proposition classique : s’appuyer sur la fan-base d’un groupe local pour vendre des billets supplémentaires. D’autant plus que je peux vous garantir que la région regorge de groupes intéressants qui n’attendent que ça : faire leurs preuves sur scène. Dommage en tout cas. Au contraire de RED FANG il y a peu, ou de la plupart de mes derniers lives, l’assistance présente est faible. J’espère juste que cet échec ne va pas trop doucher l’enthousiasme des « Sounds like Hell ».

En tout cas, malgré la maigre affluence, les groupes vont être très professionnels en jouant le jeu sur scène comme si de rien n’était. En effet, sur ce que j’ai pu observer, les formations ne vont pas être avares en termes de temps de jeu et d’énergie dépensée.

Malheureusement, compte tenu de mon retard évoqué plus haut, je manque la prestation des filles de Brooklyn de MORTALS. Tant pis.

GOATWHORE

L’avantage des affiches proposant une multitude de groupes est qu’il arrive de tomber sur des pépites dont on n’avait jamais entendu parler. Et c’est exactement, ce qui va m’arriver ce soir avec la découverte sur scène des affreux de GOATWHORE (littéralement la « Prostituée du Bouc », tout un programme) Avec un nom pareil, il est facile d’en conclure que la formation de Louisiane n’officie pas dans le hard rock FM. Non franchement ! On a plutôt à faire à un groupe qui évolue en plein Black Metal, mais d’influence américaine loin des canons scandinaves. Du coup, le Death et surtout le Thrash crasseux ne sont jamais très loin. Mené par le charismatique Ben Fallgoust, GOATWHORE nous propose une musique saignante et dynamique. Loin de toute démonstration excessive, les morceaux sont surtout rapides et efficaces.

Les Américains ne sont pas des novices dans le milieu : ils n’affichent pas moins de 6 albums au compteur. Entièrement vêtus de noir, avec des clous de partout, les musiciens arrivent à distiller un climat tout à fait hallucinant de haine et de violence. Pas de doute la dessus, l’ambiance malsaine qui transpire de ce show est typiquement « black Metal ». Cependant, ne nous y trompons pas : nous restons bien dans le « spectacle » ou l’Entertainment. Pas de prêche pseudo-satanique ou de propos haineux : nous sommes bien là pour prendre une bonne claque de « raw » Black limite Thrash avant tout. Entre les morceaux, le chanteur sait adopter une attitude plus avenante voire souriante. Heureusement, car pendant les morceaux, le géant issu du bayou se donne à fond et en est même très inquiétant. Avec ses mitaines en cuir clouté qui remontent jusqu’au coude, sa petite barbe méphistophélique et ses yeux injectés de sang, Ben Fallgoust en impose vraiment. Derrière lui, ses musiciens sont plus discrets mais ce qui ne les empêchent pas de faire le boulot avec une belle implication.

Compte tenu de la faible affluence, je peux facilement me glisser au tout premier rang pour assister à ce concert qui apparait comme une très belle découverte pour ma part. Comment ai-je pu passer à côté de ces énervés pendant toutes ces années ? Je n’avais jamais entendu parler des vétérans de GOATWHORE. Ma lacune est comblée ce soir, j’en profite pour me procurer le dernier disque du gang pour une écoute plus attentive à la maison.

SKELETONWITCH

Le temps de tailler le bout de gras et de boire quelques bières avec les anciens qui ont fait le déplacement et c’est au tour de SKELETONWITCH d’attaquer son show.

Gros fan de KVELERTAK, j’ai naturellement été intéressé par SKELETONWITCH, car les 2 groupes partagent quelques similitudes : le même producteur (Kurt Balou de CONVERGE) , les mêmes pochettes somptueuses (Œuvres du même John Baizley de BARONESS) et surtout une vision semblable de la musique. Comme KVELERTAK, le groupe fait cohabiter une musique furieuse avec une voix typiquement black. Néanmoins, SKELETONWITCH est dans un registre moins « groovy » et beaucoup plus direct. Au contraire des Norvégiens, les Américains ne s’embêtent pas à composer des titres de plus de 3 minutes et construisent leurs chansons autour de 2 ou 3 idées pas plus. Ce qui donne des compositions rapides et directs.

Avec cette recette, les Américains de l’Ohio ont le vent en poupe : en un peu moins de 10 ans, ils ont sorti 5 excellents disques. Le dernier « Serpent Unleashed » sorti en 2012 tourne encore très régulièrement dans ma machine à café.

Sur scène, les 5 musiciens sont au taquet. Notamment, le petit chanteur moustachu, Chance Garnett est une véritable pile électrique. Il pousse ses hurlements avec brio tout en arpentant de long en large la scène de la MJC O’Totem . Véritable front man, il relance sans arrêt le public. Les autres membres de SKELETONWITCH ont le sourire aux lèvres, tout heureux de jouer. Il faut dire que même si le public est peu nombreux, il est motivé.

Le Black Thrash de la « Sorcière squelette » se révèle très jouissif en live. Assez courts, les morceaux s’enchainent rapidement et font mouche systématiquement. Il faut dire que chacun d’entre eux s’appuie soit sur une agressivité joyeuse, un riff de fou ou des lignes mélodiques à tomber par terre. A ce rythme, le concert passe comme un souffle. Après cette bourrasque, on retrouve les musiciens au stand de merchandising tout heureux de serrer des mains, de vendre des CDs, de signer des autographes ou d’échanger quelques mots. Professionnels jusqu’au bout ces Américains.

Après cette soirée réussie, une seule conclusion s’impose : les absents avaient tort. Les filles de « Sounds Like Hell » nous ont concocté un plateau comme seules elles savent le faire. Merci à elles. Et on se retrouve très vite.

Set-liste SKELETONWITCH – 23 avril 2015

01. I Am of Death (Hell Has Arrived)
02. From a Cloudless Sky
03. Burned from Bone
04. Upon Wings of Black
05. Choke Upon Betrayal
06. Stand Fight and Die
07. Beneath Dead Leaves
08. Serpents Unleashed
09. This Horrifying Force (The Desire to Kill)
10. Crushed Beyond Dust
11. Unending, Everliving
12. Cleaver of Souls
13. Infernal Resurrection
14. Repulsive Salvation
15. Beyond the Permafrost
———————————
16. Of Ash and Torment
17. Within My Blood

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *