SATAN JOKERS, samedi 24 octobre 2015, Warmaudio, Décines par Raph

Alors ça, ça me pendait au nez ! A force de fréquenter le grand Timonier, mon acolyte de l’émission NOISE POLLUTION sur RADIO CANUT 102.2 (la plus grande émission Radio Metal de l’univers), j’allais tôt ou tard me retrouver dans un concert de Metal Français. Enfin, « Metal français » dans le sens « Metal français des années 80 » … un sous-genre tout à fait spécifique dont les plus illustres représentants sont ADX, BLASPHEME, SORTILEGE et … SATAN JOKERS. Cette niche musicale comprend son lot de frénétiques défenseurs et d’intégristes … dont fait partie le grand Timonier (il faut bien l’avouer) et pas moi !

A vrai dire, je n’avais guère d’accointance pour ce genre de heavy metal chanté en français dans les tons souvent aigus. Seul MANIGANCE trouvait grâce à mes yeux ! Mais ça c’était avant ! Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, non ?

A force de diffuser dans l’émission régulièrement des extraits des derniers disques de SATAN JOKERS, la sauce a fini par prendre. Oui : les derniers albums du gang de Renaud HANTSON sont vraiment intéressants. Musicalement, c’est une évidence mais surtout dans les paroles. Quoi qu’on puisse en dire, le fait de chanter en français est un vrai « plus » si on veut s’imprégner de l’esprit des morceaux. Et sur ce point, les derniers SATAN JOKERS sont franchement recherchés.

SATAN JOKERS fait partie de ces groupes séminaux du hard rock français formés au tout début des années 80. Le premier vinyle « Fils du Metal » aura son petit effet dans le microcosme. C’est durant cette période que nombre de formations se forment, surfant sur la mode du « Hard Rock ». Cependant, cet « âge d’or » (tout est relatif, hein ?) va être balayé à la veille des Nineties. Et la plupart des groupes vont disparaitre corps et âmes (y compris SATAN JOKERS) Cependant, Renaud HANTSON, son leader, va continuer son petit bonhomme de chemin dans le monde de la musique avec une carrière remarquée dans la variété française (si ! si !) Endossant notamment le rôle-titre de 2 comédies musicales pour le compte du couple Michel BERGER / Luc PLAMONDON (« Starmania » de 1988 à 1990 et « La Légende de Jimmy » de 1990 à 1991. Incroyable, non ?)

Renaud HANTSON va alors incarner le stéréotype de l’artiste du show-business jusqu’à la caricature multipliant les excès en tout genre. Cependant en 2008, en pleine vague revival, il décide de reformer SATAN JOKERS. Entouré de musiciens talentueux, il redonne vie à la bête sortant plusieurs albums d’une grande qualité. Compte tenu du succès somme toute confidentiel du groupe (en tout cas par rapport à ses autres activités) je ne doute pas de la sincérité de la démarche du bonhomme : c’est avant tout pour le Metal que cette réformation s’est faite.

Ecorché vif, Renaud HANTSON profite de ces disques pour se livrer à une sorte d’introspection. Aidé par son propre psychologue, il a écrit plusieurs morceaux sur ses propres problèmes d’addiction (drogues, alcool et sexe notamment). La trilogie d’albums issue de ce travail personnel se révèle tout à fait intéressant (autant sur le fond que sur la forme). Le passage de SATAN JOKERS dans la région est donc l’occasion d’aller découvrir le Monsieur sur scène.

En ce triste samedi du mois d’octobre, je prends la direction du WARMAUDIO de Décines. Depuis le temps que j’entends parler de cette salle, il est enfin temps de me rendre sur les lieux. Située non loin d’une ligne de Tramway, la salle a un petit côté rock n’ roll qui me plait. Elle a surtout l’avantage de proposer des conditions très correctes à un prix a priori abordable. L’idée est bonne et le WARMAUDIO vient en quelque sorte prendre la place du LYON’S HALL qui à un niveau plus modeste proposait ce genre de prestation.

Warmaudio-Jokers

Sur place, je retrouve le grand Timonier qui frétille d’impatience de retrouver STAN JOKERS sur scène. Mais avant, il va falloir assister aux prestations des 2 premières parties locales : MESSALINE et FORTUNATO qui sont aussi les organisateurs de la soirée. Le WARMAUDIO est correctement rempli (mais ce n’est pas la foule non plus). Venu en voisin, on retrouve le père Christian et son stand de merchandising ADIPOCERE à l’entrée : toujours prêt à faire quelques affaires !

MESSALINE

La formation de Bourg ouvre les hostilités. J’ai déjà eu l’occasion plusieurs fois de croiser la route de la troupe d’Eric MARTELAT. Du nom d’une impératrice romaine au comportement plus que scandaleux, MESSALINE pratique un hard rock chanté en français (tiens donc). Les paroles ont un petit côté humoristique décalé. A priori, aujourd’hui, ce concert est le premier avec le nouveau batteur : Jimmy qui s’avère être aussi le batteur de FORTUNATO. Vous l’avez compris : Jimmy touche double cachet ce soir.

Le groupe est ravi d’être là et met beaucoup de cœur à l’ouvrage. Mais honnêtement, le tout sonne très daté. La prestation est très courte (première première partie oblige) mais manifestement, le groupe prend beaucoup de plaisir. Tant mieux pour eux !

FORTUNATO

Changement de style avec les FORTUNATO, où on retrouve Jimmy derrière sa batterie. On évolue plus ici dans un metal néo-classique que n’aurait pas renié un MALMSTEEN par exemple. Le leader, Markus FORTUNATO chante et joue sur une impressionnante basse 6-cordes. Le set s’ouvre sur « Ressurection » le morceau qui ouvrait aussi le récent 2e album « Restless Fire ». Cependant, j’avoue que là, ça ne passe pas. Ce genre de musique ne me parle pas du tout et manifestement c’est la même chose pour le grand Timonier. Soyons clair : c’est bien joué mais ce n’est clairement pas notre came.

On plie donc rapidement bagage pour se retrouver dehors à siroter du houblon en charmante compagnie.

SATAN JOKERS

Après les 2 hors d’œuvres, certes sympathiques, il est enfin temps d’attaquer le plat principal. Et, subitement, le WARMAUDIO se retrouve bien plus rempli. A se demander, si les gens n’ont pas attendu la toute dernière minute pour montrer le bout de leur nez dans la salle. A priori, SATAN JOKERS a vraiment attiré de nombreux fans de toute la région.

Renaud HANTSON est sur scène avec ses musiciens. Je suis surpris par le nombre de femmes présentes dans l’assistance. Etonnant ! SATAN JOKERS semble exercer une certaine fascination auprès de la gente féminine.
Dès les premières secondes, un constat s’impose : Renaud HANTSON est ivre mort, rond comme une queue de pelle. Il a les yeux vitreux et s’accroche à son micro comme un marin à sa bouée. Cela ne l’empêche pas d’assurer parfaitement ses parties vocales. Cependant entre les morceaux, il se révèle particulièrement volubile, se livrant avec une sincérité assez désarmante. Du coup, même si le discours est parfois démago et empreint d’une « melonite » prononcée, il en est très attachant.

satan-joker-2

Renaud HANTSON a la chance de pouvoir s’appuyer sur 3 musiciens exceptionnels qui envoient du petit bois par copeau de 13 : à commencer par le bassiste, Pascal MULOT qui dégage une facilité déconcertante. Le musicien ne va pas quitter son blouson en cuir d’aviateur malgré la chaleur ambiante. Le guitariste, Mike ZURITA, n’est pas en reste, et nous abreuve régulièrement de soli ébouriffants.

SATAN JOKERS laisse pas mal de place aux démonstrations techniques. Mais, pour une fois, ces écarts sont plutôt bien intégrés au concert et surtout ne durent pas des heures. Ce qui les rend supportables.

satan-joker-1

La set-liste survole l’ensemble de la carrière du groupe. Renaud HANTSON prend un malin plaisir à nous rappeler que l’histoire a commencé il y a plus de 30 ans (bon avec un gros break au milieu rappelle t’il avec un sourire). La chanson « Les Fils du Metal » (avec son côté « Priestien » à souhait) remporte un gros succès à l’applaudimètre. Mais ma préférence va nettement aux morceaux plus récents qui sonnent de façon plus agressive.
Le concert se termine en grosse fiesta quand Steve ESTATOF (a priori un précédent vainqueur de la STAR AC’ qui vit non loin de Décines) rejoint SATAN JOKERS sur scène pour interpréter un « Knockin On Heavens Door» d’anthologie. Après ce premier rappel, et sous la pression des membres de FORTUNATO et MESSALINE restés dans les parages, SATAN JOKERS remonte sur les planches pour improviser un « Breaking the Law » de JUDAS PRIEST qui clôture la soirée de bien belle manière.

Oui, malgré ses problèmes personnels et son melon qui ne passe pas la porte, Renaud HANTSON a suffisamment de bouteille pour assurer un excellent concert. Aidé par une formation ultra douée et un répertoire en béton armé, il nous a fait passer un bon moment en hommage au hard rock français.

Nous quittons le WARMAUDIO le sourire aux lèvres après une belle soirée qui nous a replongé au cœur des années 80.

Set-list SATAN JOKERS – 24 octobre 2015 (sans garantie, hein ?)
01. Sorcier
02. Pas fréquentables
03. Fetish X
04. U.S.A. (Union Sacrée des Assassins)
05. Reine Cocaïne
06. Quand les héros se meurent
07. Promis
08. MILFs
09. Get It On
10. En partance pour l’Enfer
11. Les Fils du métal
———————–
12. Knockin On Heavens Door
———————–
13. Breaking the Law

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.