AESMAH / FURYENS, jeudi 26 mai 2016, Le Blogg, Lyon par Raph

Depuis quelques temps, la salle du BLOGG propose des soirées « concerts gratuits » (souvent le jeudi). Cette initiative est un excellent moyen de promouvoir les groupes locaux. D’autant plus que l’établissement est équipé d’une petite scène et est suffisamment vaste pour accueillir pas mal de monde. Les conditions sont idéales pour que de jeunes groupes viennent se faire les dents. Après la disparation du LYON’S HALL en 2010, il est réconfortant de voir qu’il existe encore ce type d’endroit sur Lyon.

AESMAH - affiche

En cette fin du mois de Mai, l’organisation RAZORBACK nous a concocté une belle soirée Metal avec notamment les copains de FURYENS et les Lyonnais de AESMAH. L’occasion est trop belle pour que je me décide à sortir de ma grotte.

Juste avant l’été, le BLOGG s’est paré de sa terrasse extérieure… Le BLOGG est avant tout un pub : vu la chaleur et le nombre de gens, les breuvages vont couler à flot. Pas idiot comme politique : proposer une affiche gratuite de musiques est un bon moyen d’écouler du liquide directement au bar. Bon calcul ! Toute la fine fleur de la scène locale s’est retrouvée en ce jeudi soir ensoleillé. Je croise des membres de HOLY CROSS, SKOX, THE OATH … en plus de tous les copains. Impeccable pour passer une bonne soirée !

F.O.A.D

Le premier groupe à monter sur scène est F.O.A.D (« Fuck Off And Die »). Comme son nom l’indique, cette formation est constituée d’artistes fans de poésie anglaise du XVIIIe siècle. Que nenni ! F.O.A.D évolue dans le registre du Death / Thrash gras et lourd. Les Lyonnais se sont fait connaître en 2014 en distribuant un exemplaire de son premier album « Bringer of Death » avec un numéro de METALLIAN, la célèbre revue underground.

Sur les planches du BLOGG, les musiciens de F.O.A.D semblent être comme à la maison, multipliant les blagounettes bien sous la ceinture et les grands sourires. Manifestement, nombre de connaissances et d’amis sont dans la place. La bonne humeur est de la partie. Le massif hurleur ne reste pas en place 2 minutes se baladant entre la scène et la salle, distribuant des CDs autour de lui, … Il craquera même son beau tee-shirt du BRIVE CA (certainement un fan de rugby corrézien) pour nous offrir une danse du ventre des plus sexy.

F.O.A.D a le bon gout de proposer 2 covers pour aérer sa set-liste : le classique « Rebellion » de GRAVE DIGGER et le plus surprenant « Boys, boys, boys » de SABRINA (renommé pour l’occasion « Girls, girls, girls » les coquins !). Vous vous souvenez surement de ce monument de la pop graveleuse des années 80 ? Avec notamment avec un clip plutôt chaud ! En fait, il n’est pas si surprenant que ça que les comiques de F.O.A.D nous offre cette sucrerie. Gros succès dans le pit en tout cas !

Le set fut court (une petite demi-heure pas plus) mais plein d’enthousiasme et de bonne humeur. F.O.A.D a parfaitement lancé cette petite soirée sous le signe de la sympathie.

FURYENS

Après un changement de plateau rapide, on retrouve les Stéphanois de FURYENS en piste. Depuis la sortie de leur premier disque « Barbak Attack », le personnel a un peu changé au sein du groupe. Nico a abandonné la guitare pour se retrouver à la batterie. Du coup, pour le remplacer, Olivier d’HEAVYLUTION a rejoint la petite troupe. Donc, si on fait les fait les comptes, on a 2 HEAVYLUTION dans le groupe (en plus déjà d’un ex-HEAVYLUTION). Me demande si ça va pas tourner à la partouze géante cette affaire !

Manifestement, FURYENS est en train de travailler sur un nouveau disque car nous aurons droit à 3 nouveaux morceaux ce soir. Pas de panique cependant : le groupe ne déroge pas à son Trash furibard qui déboite. Cependant, le groupe semble se diriger vers un truc un poil plus technique. A vérifier. Ce soir, la set-liste continue à faire la part belle au premier disque avec notamment l’enchainement « Chaining » / « Through the Stormland » qui décapiterait un gnou ou « No Hope in this Life » efficace en diable.

furyens live

Nous aurons aussi droit à 2 reprises : « Wake up dead » de MEGADETH dédié à Nick MENZA (même si le batteur récemment décédé ne jouait pas sur l’album « Peace Sells … » dont est issu ce morceau) et le classique « Blackened » de METALLICA (qui rencontre un franc succès en clôture du show de FURYENS).

Niveau ambiance : on reste dans la ligne droite de la prestation de F.O.A.D : ça déconne et ça rigole ! Concert tout en sourire et en décontraction. Malgré la bonne humeur (ou à cause de, on ne saura jamais) Ben, le second guitariste fait quelques pains bien sentis mais il n’est pas le seul. Rien de bien méchant ! De son côté, Nico frappe comme un fou en bangeant comme un sourd. L’image de Animal, le batteur fou du Muppet Show me vient immédiatement en tête quand je regarde Nico s’agiter derrière sa batterie. En tout cas, le passage de la guitare à la batterie semble ne lui avoir posé aucun problème. Haaaa le talent !

En conclusion, je passe un bon petit moment comme l’ensemble du public. Après ce changement de line-up bien digéré, on attend maintenant ce 2e album avec impatience.

AESMAH

L’arrivée d’AESMAH est beaucoup plus longue à se concrétiser. Après 2 EP démentiels de Death atmosphérique et mélodique, nous attendons toujours le premier album des Lyonnais. AESMAH travaille dessus a priori, et ça faisait un an que le groupe n’avait pas joué sur scène. Vu le nombre de spectateurs qui s’agglutine devant la scène, je comprends que je ne suis pas le seul à attendre la prestation de ce soir.

Oh surprise ! Derrière les fûts, on retrouve Morteüs, l’ancien batteur de DESTINITY ! Quelle recrue pour AESMAH ! DESTINITY était un excellent groupe lyonnais de Death Mélodique qui a malheureusement vu sa progression stoppée nette pour des raisons extra-musicales. Mick, leader et chanteur de DESTINITY est allé rejoindre NO RETURN. Depuis cet évènement, DESTINITY n’avait plus donné de nouvelles … et je suis heureux de retrouver Morteüs dans ce contexte.

AESMAH ouvre les hostilités par un somptueux « The Deceptive Heaven » issue de leur dernier EP « Imeria » sorti il y a plus de 4 ans maintenant. Long de plus de 7 minutes, ce morceau est tout simplement magique avec un côté progressif qui fait mouche couplé à un riffing d’enfer. Je suis fan !

Après cette entrée réussie, AESMAH consacre le reste de sa prestation à de nouveaux morceaux : pour mon plus grand plaisir, 5 pépites nous seront ainsi dévoilées ce soir. Le style reste le même, mélange incroyable entre passages saccadés et agressifs, longs interludes oniriques et mélodies accrocheuses.

aesmah live

Malheureusement, le concert va rencontrer quelques difficultés : des soucis de retours pour le batteur et une pédale qui lâche pour un guitariste. Dans la chaleur du BLOGG, le chanteur / bassiste rencontre manifestement des difficultés de sueur qui lui coule dans les yeux. Le tout mis bout à bout, fait que nous n’aurons pas droit au rappel tant attendu et réclamé par tout le public. Le timing est serré et un autre groupe est encore au programme, GORGON.

Car, avec son Metal résolument moderne et envoutant, AESMAH a captivé son auditoire, et ce malgré les pépins techniques. Comme pour FURYENS, je suis impatient de découvrir ce fameux opus qui nous fait saliver. Vu le potentiel affiché par le groupe, je ne serais pas surpris de les voir percer rapidement. Un deal avec un petit label (type KAOTOXIN ou KLONOSPHERE) pourrait les aider à franchir les dernières étapes avant le succès. La qualité et l’originalité sont là : vivement la suite.

La soirée s’achève pour moi sur ce dernier show. En tout cas, ces concerts gratuits du jeudi sont une excellente initiative du BLOGG à souligner et à encourager. Je vous invite à jeter un œil sur les programmations proposées sur ces dates : c’est l’occasion d’écouter du Live facilement. Et comme je le dis souvent, le Metal, c’est encore meilleur sur scène.

Cette entrée a été publiée dans compte rendu de concerts, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *