One, Two, Three, Four, We don’t want your fucking war !

2931012927_ab02482578Five six seven eight, Organise and demonstrate !

Mars 2003, malgré une grande mobilisation internationale qui s’opposait à la guerre, une pluie de bombes s’abat sur l’Irak, lâchées par la coalition USA/Royaume-Uni après 13 ans d’embargo. A cela s’ensuivent 8 ans d’occupation du pays par les puissances occidentales (dont la France), et une guerre civile continue, terreau de la création de l’Etat Islamique. Novembre 2015. Après les attentats à Paris, en plus de l’état d’urgence pour 3 mois, la France déclare qu’elle est en guerre (apparemment elle n’y était pas encore, malgré les bombes lancées sur la Syrie à partir de septembre 2015 sans compter les présences et déploiements de l’armée française au Tchad, Mali, Irak, République centrafricaine, Djibouti, Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal, Liban …). Depuis elle continue de bombarder la Syrie dans une indifférence politique et médiatique certaine. L’émotion après les attentats et l’état d’urgence ont donné raison à la propagande du choc des civilisation et à la politique anti-terroriste tout en muselant l’opposition aux bombardements. Si les morts du Bataclan ont été longuement pleurés, on ne pleurera pas les morts civils des bombardements français et consort, après tout, ils ne sont que des dommages collatéraux… Mais qui est responsable de tout ça ? On est pas des cadeaux vous propose d’écouter deux interventions de Saïd Bouamama, militant, chercheur et sociologue engagé, à Grenoble, dans le quartier de la Villeneuve le 20 novembre 2015 et à Montpellier, le 11 décembre 2015 sur les causes des attentats, les enjeux géopolitiques mais aussi les enjeux nationaux. Bonne écoute !

Cette entrée a été publiée dans Nos émissions, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *